10 Novembre 2008 : Mais où est BEF ?

Lundi 10 Novembre, 10h

Les sacs sont bouclés, nous attendons Nicolas le propriétaire de l’appartement pour la remise des clés. Tout est ok, le gardien de l’immeuble accepte même de garder nos bagages le temps pour nous de récupérer notre casa rodante.

Direction le port, nous sommes tous impatients et un peu inquiets est-ce que nous allons retrouver notre Bef en bon état ?

Nous savons que la journée va être longue, mais nous ne sommes pas au bout de nos peines !

L’agent maritime nous a donné un plan, à nous de nous débrouiller.

10h30 : le taxi nous dépose à la douane, première étape, ah ! ce n ‘est pas le bon bureau ? On ne comprend évidemment rien à ce qu’on nous dit, alors un gentil monsieur nous conduit au bon endroit ( les argentins sont charmants ). Olivier se précipite pour ouvrir la porte et là les 15 personnes assises sur le banc se lèvent et nous indiquent la file d’attente.

Pas de problème, nous attendons…

Autour de nous, il y a des jeunes, des moins jeunes, des anglais, des allemands, un belge …

Tous sont là comme nous, dans l’espoir de récupérer quelque chose, souvent un véhicule, parfois un container…. bienvenue dans la communauté des voyageurs !

11h, : quelqu’un sort enfin du bureau, tiens c’est un français, nous nous élançons vers lui, tout souriant, il a obtenu son laissé passer, il prend le temps de nous donner quelques conseils : « les plus grosses baleines sont arrivées, il n’y a pas de temps à perdre pour descendre à la péninsule Valdès…ah ! au  fait, il y a eu de nombreux vols sur les véhicules, allez bon voyage ! »

Ok, ne cédons pas à la panique, de toute façon c’est sûr ils ont dû nous faucher les 2 roues de secours sanglées sur le toit, on a pris un risque en les laissant !

11h15, il ne se passe pas grand chose, tout le monde attend ; Nous voyons une famille arrivée avec 2 enfants et ils parlent français. Robin et Lola sont tout contents et commencent à jouer avec eux.

En fait, nous venons de rencontrer nos partenaires de galère, ils sont suisses et ils viennent récupérer leur ccar . Ah ! quel plaisir de discuter en français !

Les heures s’écoulent, la file d’attente ne diminue pas, je commence à me demander ce qui se passe dans ce bureau pour que ce soit si long ?  C’est le belge qui nous mettra sur la piste, la photocopieuse est en panne et l’ordinateur fait des siennes.

Nous rencontrons également un couple Suisse/Argentin qui s’installe en Argentine et qui attend son container de meubles.

13h : un monsieur (premier argentin pas sympa) sort du bureau, c’est l’heure de déjeuner alors il distribue des numéros dans l’ordre d’arrivée, nous avons le numéro 5, il nous faut revenir à 14h30.

14h30 : nous attendons toujours, apparemment, c’est un peu comme ça partout en Argentine, c’est long !

Heureusement, les enfants jouent et improvisent un match de foot avec une vieille bouteille  ( c’est donc vrai, les enfants peuvent s’amuser avec 2 fois rien quand ils n’ont pas leur DS.)

16h : « Numéro cinco » :  Olivier et Eugénie  ont décidé d’unir leurs forces, ils entrent ensemble dans le bureau.

Nous les voyons ressortir peu de temps après, dépités, il manque une photocopie du passeport et du bon de transfert. Mais la photocopieuse est toujours en panne, heureusement là encore un charmant monsieur vole à leur secours et les emmène faire une photocopie dans un autre bureau. Pour nous tout est bon, nous obtenons enfin la précieuse autorisation d’importation signée de la douane.

Apparemment, les douaniers étaient débordés, 14 dossiers à traiter dans une journée, ça laisse pas beaucoup de temps pour siroter son maté (boisson nationale) !!!

Pour nos compagnons de galère, problème de nom, il faut retourner chez l’agent maritime.

Il est 16h45, nos espoirs de récupérer BEF aujourd’hui sont minces, mais on y croit encore !!!

Il faut maintenant aller payer les différentes taxes d’importation, pour ce faire, direction l’autre bout de la zone portuaire, heureusement une petite navette nous y emmène.

Là-bas nous serons reçus par un employé très souriant et plein de bonne volonté, mais malheureusement il est 17 h et les chefs sont partis, donc personne n’est autorisé à encaisser plus de 200 pesos.

Bon, nous ne retrouverons pas notre BEF ce soir, nous sommes donc sdf il va falloir trouver un hôtel pour la nuit…

Mardi 11- 10h, nous payons nos diverses taxes et une fois notre papier tamponné, nous sommes plein d’espoir en ce qui concerne la suite …Tout d’abord il nous faut reprendre la navette pour retourner à la douane, Olivier est seul autorisé à passer la barrière et nous le voyons passé et repassé devant nous à plusieurs reprises accompagné à chaque fois d’une personne différente. BEF est par ici ? non il est par là ! La pression commence a monter, comment allons-nous retrouver ce qui sera notre maison pour les prochains 20 mois ?

Olive repasse devant nous : « Bon ! il manque encore un papier, je dois reprendre la navette, reste-là avec les enfants ! »

Entre temps, je retrouve nos amis suisses, qui continuent eux aussi leurs démarches.

Olivier revient, en fait il est allé là-bas pour rien, en suivant les indications douteuses d’un des douaniers (deuxième argentin pas sympa).

Pour finir, il obtient le bon de sortie et repart à la recherche de BEF…

Avec les enfants, nous trépignons d’impatience derrière le grillage et soudain, nous voyons Olive arriver au volant du ccar, il me fait signe que tout va bien, il s’avance près des barrières, je sors le caméscope pour immortaliser l’évènement, mais la barrière ne s’ouvre pas, Olivier fait marche arrière et disparait .

11h30, nous attendons toujours avec les enfants, en plus Lola s’est fait une entorse et elle ne peut pas marcher, donc je suis clouée sur mon banc.

30 minutes s’écoulent, toujours pas d’Olive, je prends mon courage à 2 mains et me dirige vers un policier, avec mes 3 mots d’espagnol, j’arrive à lui demander si par hasard il y aurait une autre sortie, car mi marido a disparu .

Non non, c’est la seule sortie, attendez là.

12h : Olivier réapparait au volant et s’approche à nouveau de la barrière, cette fois elle s’ouvre, je m’avance pour filmer et me fait gronder, interdiction de filmer l’évènement !

Nous sommes soulagés, mais Olivier a un doute en ce qui concerne notre lecteur CD/GPS/Caméra de recul , les 2 vis du cache ( brillamment imaginé et conçu par Michel ) ont été dévissées, nous craignons que sous le cache se soit le grand vide, mais non, il n’en est rien, tout est à sa place, même les roues de secours sont là !

Plus tard nous relèverons quand même  2 petits enfoncements sur le véhicule.

Il est 13h, après la joie des retrouvailles, il nous faut récupérer les bagages à l’hôtel, allez Olive, il est temps de nous montrer de quoi tu es capable dans cette jungle urbaine…

Nous passerons ensuite l‘après-midi à chercher du gaz, un adaptateur, du gasoil, de l’eau et pour finir un petit plein de courses devinez où ? A carrefour ! Finalement on n’est pas si loin que ça …

Le soir, nous retrouverons nos amis suisses pour notre premier bivouac à Buenos Aires, sur un parking, au bord  du Rio del Plata ça mérite bien un peu de champagne non ?

19 réflexions au sujet de « 10 Novembre 2008 : Mais où est BEF ? »

  1. Géraldine Ferrier

    Allez c’est reparti, l’aventure va continuer mais cette fois-ci avec BEF, et les enfants n’oubliez pas les devoirs 😉
    Bon courage à vous et bonne route, nous on part au Laos pour un mois et demi, avec… le sac à dos, on verra bien là-bas.

    Répondre
  2. Famille DELATTRE JANIN

    Toujours quelques péripéties inévitables…
    Que l’aventure continue dans la joie et la bonne humeur…
    Poursuivez la route avec prudence et racontez nous votre chemin.
    A bientôt pour la nouvelle histoire.

    Répondre
  3. JOCELYNE

    OUF on souffle pour vous, la preuve qu’il faut rester positif et avoir beaucoup de patiente à l’étranger. BON COURAGE ET BONNE CHANCE. Déjà des copains c’est formidable. Essayer de prendre quelques cours d’espagnols sur anglais facile.com, il y a des cours de plusieurs langue dont l’espagnol. C’est vrais qu’on manque beaucoup de cours oraux en FRANCE. Félicitations et bonne chance pour la route. Aujour’hui à MEZE dimanche (16.11.08) journée ensoleillée. JOCELYN

    Répondre
  4. FERNANDEZ

    Vos récits sont palpitants, heureusement ça se termine toujours bien. C’est vraiment bien de pouvoir vous suivre. Maintenant on vous souhaite bonne route avec BEF. Christine

    Répondre
  5. COMBE

    Malgré toutes ces difficutés de douane, je vois que vous allez pouvoir commencer l’itinéraire prévu.
    Je constate aussi que la camping-car est arrivé sans trop de problèmes du à la traversée.
    Merci pour ce fabuleux récit, c’est très agréable de pouvoir suivre cette belle avanture. Maurice

    Répondre
  6. soulie

    le voyage a deja bien demarre mais il va prendre enfin sens maintenant que bef est la une veritable belle aventure s offre a vous profitez de chaque moment qui resterons grave parmi vos meilleurs souvenirs j imagine…nos pensees vous accompagnent plein de bonheur…

    Répondre
  7. canal christian

    allez tout s’arrange avec BEAUCOUP de patience la route est longue mais tout iras tres bien il faut positiver et vivi le BEF. BONNE ROUTE ET A BIENTOT

    Répondre
  8. FRANCO de LONGWYIO

    Buenas dias la familia!!!!mais quelle vie que vous avez là mes voyageurs, c’est du grand délire! Si aprés tout cela vous nous revenez pas avec un prix Goncourt de vos aventures! En tout cas c’est bien parti…Continuez à alimenter votre roman d’aventure, ça remplace mon bouquin du soir.
    Je vous fait d’énormes bisous tout frais de l’est.

    Répondre
  9. lefebvre

    super que tout se soit bien passé pour la famille BEFMERIGUET mais comment va ma petite lola est ce que c’était important est ce qu’elle recourt aussi vite que kitty qui sait si bien se faufiler entre mes jambes quand elle a fait une bêtise ! merci pour vos récits c’est bon de vous savoir en forme avec un toit de tôle sur la tête pour attendre les nouvelles aventures bisous tout plein
    tata momo et kitty (qui fait des léchouilles)

    Répondre
  10. LILBERT sandrine

    salut les aventuriers
    nous pensons fort à vous
    j’ai bien rigolé avec les commentaires
    gros gros bisous
    léa, savannah et yannick se joignent à moi
    à bientôt pour les nouvelles
    et steph demain je penserais à toi à la danse (tu nous manques)

    Répondre
  11. la famille laine-vivies

    j ‘espere que vous avez apprecie, sirote votre premiere coupe de champagne sur ce parking parce qu’apres les 2 jours d’attente de BeF il vous fallait au moins ca pour vs remettre de vos emotions! et vive la Suisse! bonjour aux enfants la famille laine vivies

    Répondre
  12. avenel maurice

    Bien heureux de vous savoir en forme à part notre petite Lola qui va se rétablir vite .Ici la vie continue;et elle doit continuer Je vous embrasse affectueusement Papapy

    Répondre
  13. Gé et Steph

    Ravie de retrouver enfin la meg. familia,

    en pleine poursuite de leur destiné…

    Nous aimons les prémisses de cette formidable experience que renvois votre blog.

    Alors vous y êtes enfin dans votre nouveaux nid les tourtereaux?

    Et vous les enfants, les visages sont aux anges?

    Au fait le mini film effectué sur une petite place où des
    musiciens improvise un tango (ou paso), est une petite pépite. (mixé avec les danseuses et le couplé au piano)
    -tu m’as scotché-

    Couleur et chaleur se mèlent, c’est réussi!

    a+

    Répondre
  14. Sandrine

    Profitez bien de la photo de l’agent de douane, si une fois on le recroise il n’est pas certain qu’il s’en sorte avec ses lunettes sur le nez…Avec ce qu’il s’est mis dans la poche alors que nous étions parfaitement en règle ! Nous avons eu une grande pensée pour vous et nous avons espéré que ce que nous lui avons donné lui ait suffit pour qu’il ne vous crame pas la budget vacances…
    Bisous

    Répondre
  15. Ping : 01/02 Novembre 2008 : A la découverte de Buenos Aires…

Répondre à Géraldine Ferrier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *