17 Décembre 2008 : OBJECTIF TERRE DE FEU

Ce nom vous fait peut-être rêver, il éveille sans doute en vous des images et des questions…
Pour nous, ce nom représentait un territoire fascinant et un peu inaccessible. Et bien, ça y est, nous y sommes et en ce qui me concerne, j’ai ressenti une grande émotion en franchissant le Détroit de Magellan.

Ce bras de mer qui sépare le continent américain de cet archipel lointain si joliment baptisé Tierra del Fuego par les Espagnols.

Pour les amateurs, un petit rappel historique.
1520 : une grande expédition maritime est commanditée par le roi d’Espagne, à la tête de la flotte : Magellan
Son but : ouvrir une nouvelle voie navigable pour rallier l’océan Atlantique à l’océan Pacifique.

Novembre 1520, les 5 bateaux arrivent au sud du continent américain, il leur faudra 5 semaines pour franchir le détroit rendu difficilement navigable par une météo capricieuse, des vents violents et une multitude d’îlots.
Opération réussie, une nouvelle voie est tracée, le détroit sera baptisé du nom de ce grand explorateur.

Les habitants de ces terres extrêmes sont les indiens Yamanas, ils vivent nus et font constamment de grands feux pour se réchauffer, c’est à la vue de ces lueurs que Magellan appellera ces territoires : Terre de Feu.

Retour en l’an 2008 : c’est au tour du Meriguet-Tour de franchir le détroit ! Pour se faire, il nous faudra d’abord passer la frontière Chilienne. Effectivement l’archipel de la Terre de Feu appartient pour les 2 tiers au Chili.
Les nombreuses mises en garde d’autres voyageurs, laissaient sous-entendre que les douaniers chiliens étaient tatillons et qu’ils ne laissaient pas entrer de nourriture. D’autres informations nous conseillaient pourtant de faire le plein de course avant d’arriver sur la Terre de feu, car les prix y étaient beaucoup plus élevés que sur le continent. Encore très à l’écoute de ce genre d’informations, nous décidons de faire de bonnes réserves et de trouver une planque pour faire passer les produits frais en toute discrétion.
C’est ainsi que 10 kilomètres avant de passer la frontière, Olivier sort sa boîte à outils et se met à dévisser les caches de boîte à néon qui ne nous servent à rien et à y fourrer la viande, les laitages, les fruits et légumes, enfin tout ce qui est susceptible d’être intercepté à la frontière. Tout ceci sous l’oeil médusé et amusé d’un couple d’auto-stoppeur que nous avions embarqués quelque temps plus tôt.

Nous arrivons en vue du poste de douane, nous remplissons quelques formulaires dont celui qui est censé lister la nourriture transportée et effectivement, la liste de produits défendus est longue… Nous nous félicitons en silence de notre petit subterfuge. Quand vient l’heure de la vérification dans le camping car, nous nous réjouissons de ne pas avoir à faire à un chien renifleur qui aurait sans nul doute flairer à 10 mètres notre saucisson et nos tranches de jambon. Mais c’est un douanier très sympathique que nous avons à bord et à qui nous remettons quand même 2 carottes, 1 pomme et 1 citron histoire de ne pas attiser ses doutes.

Tout est en règle, BEF fait ses premiers tours de roues sur le sol chilien, les enfants sont ravis du nouveau tampon sur le passeport et nous, nous gloussons de notre petit tour de passe passe.

Notre premier arrêt au Chili sera au parc Pali Aïke, ce parc n’est pas mentionné dans nos guides et pourtant, il sera pour nous une étape agréable. Nous entrerons au coeur du cratère d’un ancien volcan.

Nous déambulerons sur une mer de lave,

nous croiserons un jeune carancho,

tout cela sous un vent violent et glacial !

Après une nuit passée dans ce parc, nous reprenons la route direction Punta Delgada, dernière ville du continent américain avant de prendre le ferry pour traverser ce fameux détroit de Magellan.

La traversée à cet endroit est très rapide.

La mer est assez calme malgré le vent qui ne faiblit pas. Nous sommes tous les 4 très excités d’arriver enfin sur la Terre de Feu. Après 20 min de traversée pendant laquelle nous verrons quelques petits dauphins noirs et blancs (Tonimas), nous débarquons avec BEF.

Maintenant, c’est 120 km de mauvaise piste qui nous attendent avant de repasser la frontière et de retrouver l’Argentine.
La première grande ville de la Terre de Feu se situe côté argentin et se nomme RIO GRANDE. C’est une ville côtière, très vivante et où l’on trouve de tout et à moindre coût qu’en Patagonie, nous repensons à nos provisions excessives en nous moquant un peu de notre naïveté !!!

A cause de nos batteries qui se déchargent toujours en roulant ( le grand mystère de ce voyage… si un génie en électricité a une petite idée, elle est la bienvenue, car jusqu’à présent personne n’a pu résoudre notre problème !!!), nous sommes obligés de nous arrêter au camping de la ville. L’endroit est peu plaisant mais l’accueil sympathique et cette halte permettra à Olivier de passer une excellente soirée avec le club nautique de la ville, qui y organise tous les vendredi soirs une parilla (grillade géante) suivi d’un karaoké…

Mon mari en reviendra presque bilingue !

Samedi 20 décembre, les enfants nous pressant, nous décidons de rejoindre notre nouvelle bande d’amis voyageurs au camping d’Ushuaia. La route pour y arriver est très agréable et c’est avec un immense plaisir que nous voyons le paysage changer et la végétation s’étoffer au fil des km…

Enfin de la verdure, des arbres… fini la pampa et sa platitude, à nouveau du relief, des virages !

A 30 km d’Ushuaia, nous recevons nos premières gouttes de pluie, la température chute, le bout du monde n’est plus très loin…
C’est donc sous une pluie battante que nous arrivons au fameux camping de la pista del Andino.
Nous y retrouvons nos amis et ferons la connaissance de 2 autres familles françaises qui voyagent depuis 2 ans et 5 ans !

Les enfants sont aux anges, ils sont désormais 14 et passent leurs journées à jouer dans les bois, à construire des cabanes, malgré un temps épouvantable.

Il est temps d’organiser le réveillon de Noël, à défaut de foie gras, nous décidons de faire une orgie de crêpes. Nous prévoyons d’être une quarantaine de français, heureusement, le camping met à notre disposition une grande pièce commune.

La soirée est un peu chaotique, avec tous les enfants qui réclament à tour de rôle une crêpe au jambon ou une au nutella ! Mais tout rentrera dans l’ordre, quand vers 22h, nous voyons arriver lentement une petite silhouette rouge qui marche lentement, appuyée sur un long bâton et qui porte sur son dos, 2 gros sacs remplis de cadeaux !

Les yeux des enfants s’illuminent (eux qui avaient peur d’être oubliés à cause de la distance !), les yeux des plus grands s’emplissent d’émotion : Le Père-Noël ! Sans doute était-il en fin de tournée,(et oui, comme dans la chanson, Ushuaia, c’est tout en bas !!!). La distribution de cadeaux se fait dans une grande joie, Robin et Lola seront bien gâtés.


Le Père-Noël repart, nous n’avons pas vu ses rennes, mais nous sommes quand même ravis de l’avoir vu lui !

C’est sûr, ce Noël à Ushuaia, restera dans tous les esprits.

18 réflexions au sujet de « 17 Décembre 2008 : OBJECTIF TERRE DE FEU »

  1. LOLO

    Olé la famille je vous souhaites tout plein de bonnes choses pour cette nouvelle année sous le signe du neuf.Bisous.

    Répondre
  2. lefebvre

    rien que le regard de lola devant le pere noel et je suis rassurée quant à ce noel 2008 pour les enfants aux parents voyageurs. Sté encore merci pour tes talents d’écriture on cntinue le voyage. ici il fait de plus en plus froid on frole les moins 10 c’est dire.Il y a du vent glacial du verglas de la neige enfin un temps d’hiver à tuer les microbes bye
    au plaisir de vous lire tata momo

    Répondre
  3. COMBE Maurice

    Merci pour ces fabuleux récits qui continuent de nous faire vivre ce magnifique voyage.
    Içi il fait froid en ce moment +3° le matin +6° dans la journée.
    Que cette nouvelle année voie l’accomplissement de vos voeux les plus chers.
    A bienôt.
    Maurice de Sète.

    Répondre
  4. Mat

    Si vous pouvez faire un crochet par la terre Adélie, j’y ai oublié ma montre la dernière fois. Merci.

    PS pour Olive : Samedi dernier : Toulouse:36, Montpellier:0 Comme tu vois, ici c’est la routine, quoi…

    Répondre
  5. SOPHIE

    Bonne et heureuse année 2009, plein d’images dans les yeux et merci encore de nous les faire partager. On pense bien à vous !!! bisous
    La famille Groussette

    Répondre
  6. Stéphanie Vasseur

    Mes meilleurs voeux pour cet an 9 qui restera pour toujours pour vous comme celui de la découverte et de l’aventure !
    Passez une très belle et bonne année !
    Plein de gros bisous

    Répondre
  7. simone et jean marie de sete

    Continuez a nous faire rever.Apparemment vous ne pourrez pas voir le DAKARGENTINE.meilleurs voeux de santé de bonne route et plein de bonnes choses pour 2009.OLIVIER le réveillon a la maison c’est bien passé on a bien bu et bien mangé.

    Répondre
  8. rémi et mathieu

    quelle chance !!! voir le père noel …

    Lola et Robin

    nous vous souhaitons une bonne année ,
    plein de nouvelle rencontre et
    une bonne balade

    a bientot
    gros bisous

    Répondre
  9. la famille laine-vivies

    bonne annee a tous les 4 et que votre aventure continue a nous ravir autant, a chaque nouvelle page que tu ecris Ste ce n’est que du bonheur que tu nous transmets alors bonne route et gros bisous aux enfants et au futur chanteur latino! la famille vivies laine

    Répondre
  10. ALLO BEF ?? ICI LE CRES !!

    Ce week end, en regardant Stade 2, on a pu voir Gerard Holtz s’agiter en nous racontant la vie des baleines dans la péninsule de Valdès.
    Je me suis dit alors:
    « Mon petit Gérard, t’es bien en retard dans ta lecture du site du Mériguet Tour !!! »

    Sté nous dit plus haut:
    « Les habitants de ces terres extrèmes sont les indiens Yamanas, ils vivent nus… »
    Petite Question: Olive,tu n’aurais pas des ancêtres indiens yamanas ???

    Encore de biens belles émotions partagées à vous lire. Bises++++

    Répondre
  11. Gé et Steph

    Dorian, Flavie, Gé et Steph; tous très heureux de vous souhaiter une exelente année 2009. Remplie de découverte, de rebondissement et bien d’autres choses encores.

    Quel régal ce tour
    bises et meilleurs voeux !

    Répondre
  12. Claude

    Hello les amis !
    Bonne année bonne santé et belles images les voyageurs…!
    Nous voyons que tout se passe pour le mieux et c’est parfait!
    de notre côté nous sommes rentrés hier soir de notre périple au Maroc. rien à voir avec le Mériguet Tour mais…il faisait 25° à Marrakech…alors respect svp !!!
    Merci Sté pour tes vrais talents « d’écritureuse » et le temps que tu passes à nous faire plaisir…
    Vivez chaque instant intensément !

    Gros bisous de nous 3 !

    Claude

    Répondre
  13. Marie-Pierre

    J’attends toujours avec impatience vos récits…..ils sont si bien racontés!!!!!! Je vous souhaite une très très bonne année 2009….que votre voyage soit agréable….. Bises
    Marie-Pierre

    Répondre
  14. LILBERT Sandrine

    SALUT LES AVENTURIERS
    NOUS VOUS SOUHAITONS UNE BONNE ANNEE 2009
    LEA DONNE LE BONJOUR A ROBIN ET LOLA
    GROS BISOUS
    ET A BIENTOT POUR UNE NOUVELLE AVENTURE

    Répondre
  15. Noël B.

    Magnifiques photos de la faune extrême-sud-américaine.
    Sur Mèze zt Frontignan on a eu droit à un peu de neige (et ailleurs aussi)
    Attention aux courants d’air en Patagonie…
    Salutations

    Répondre
  16. morel

    Le 09 janvier à 16 h il y a une newlestter mais il ‘y a aucune lien avec ce message .Suis je le seul dans de ce cas ? Dommage c’est un vrai plaisir de suivre votre parcours.

    Répondre
  17. yan, nat et les filles

    BONNE ANNEE 2009 a tous les 4.
    Que le rêve soit avec vous tout le long de votre voyage.

    Olive donne moi un peu plus d’explication sur le probleme electrique. Regarde si lors de l’acouplement du camion et de la caisse(cc).si à l’usine il n’aurait pas oublié d’enlever le cable electrique qui relit la battrie moteur a la caisse ( Pour les 1er essais ).cet deja arrivée.

    envoie plus d’explication sur mon mail.

    yan et nat
    ps:yanacapa@neuf.fr

    Répondre

Répondre à Claude Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *