24/28 Octobre 2008 : Premières impressions, premières sensations.

Dés vendredi matin, à peine remis de notre voyage mouvementé, c’est avec impatience que nous attendons d’emménager dans l’appartement qui nous servira de refuge en attendant l’arrivée de BEF (notre casa rodante).

Nous n’avons rendez-vous qu’à 14 h avec le loueur, mais nous décidons de nous y rendre pour une reconnaissance du quartier.

A peine sortis dans la rue, nous prenons pleinement conscience de la réputation de ville bruyante qui colle à la peau de Buenos Aires.

C’est un défilé continu de bus (qui rivalisent pour le titre de plus haut niveau de décibels émis et de celui de plus polluant), suivis de près par une horde de taxis et de voitures qui rugissent de tous côtés… De plus les avenues sont très larges (environ 8 voies) ce qui laisse peu de répit à nos pauvres oreilles…

Quelques pâtés d’immeubles plus loin, nous arrivons devant le zoo, ouf c’est plus calme par ici et notre appartement n’est plus très loin !

La première impression est bonne, la rue est calme et les gardiens sont présents dans chaque immeuble. Allons déjeuner, nous reviendrons à 14 h..

De retour à l’heure prévue, nous sommes accueillis par un charmant jeune homme qui fait l’effort de nous parler en Anglais et qui nous fait visiter l’appartement.

Tout semble OK, l’appartement est situé au 13 ème étage avec ascenseur privatif, il dispose de 2 chambres, 2 SDB et 3 WC !!!

Juan nous remet les clés et nous nous retrouvons enfin « chez nous » !!!

Après une visite plus approfondie, l’appartement se révélera en dessous de mes espérances au niveau de la propreté (je pense très fort à Nat et à Christine à ce moment précis !) et au lieu de me jeter dans le canapé, ce dont je rêvais depuis quelques heures, me voilà en train de frotter la cuisine et de relaver tous les draps des lits (heureusement, il y a une machine !)

Je sais c’est un peu exagéré, mais on a ses petites habitudes…

Le week-end sera paisible, dimanche, nous faisons comme de nombreux  portenos, les habitants de Buenos Aires, nous allons au parc de Palermo (notre quartier) et là, oh surprise les bus et les voitures ont laissé la place aux rollers, vélos et autres cariolas (nos bonnes vieilles Rosalies). Bon allez, pour répondre aux supplications des enfants, nous nous laissons tenter par un petit tour de carriole.

25 pesos pour 30min,  pour ce prix nous avons le modèle 6 places le plus pourri de la place, mais bon, les enfants sont tellement contents…

Olive prend le volant et zigzague à contresens entre les rollers et autres débutants cyclistes qui nous foncent droit dessus ! Apparemment, les règles de circulation sont les mêmes que pour les véhicules motorisés, c’est à dire inexistantes !!!

Je lui hurle de faire demi-tour, mais pas le temps, on a déraillé ! 1 fois, 2 fois, je sens Olive qui commence à regretter notre choix (la prochaine fois on prendra un pédalo) et la ballade sera de nouveau interrompue une troisième fois, et ce pour cause de crevaison.

On ne peut s’empêcher d’éclater de rire et c’est en poussant, que nous irons échanger notre cariola.

Lundi, les vacances sont finies pour les enfants et nous ressortons les cours du CNED dans la joie et la bonne humeur !!! Je n’en dirai pas plus sur ce sujet ô! combien sensible.

Pour nous redonner des forces après cette séance scolaire, nous décidons d’aller manger, guide du routard en poche, dans le centro et pour se faire, nous prenons le métro.

Là aussi il y a un monde fou et nous nous efforcerons de maintenir un périmètre de sécurité autour de Lola afin qu’elle ne soit pas étouffée par la foule !!!

Nous descendons à l’Avenida de 9 Julio, la plus large avenue du monde 25 m. Si vous avez suivi le récit, inutile de vous parlez du bruit qui règne ici, c’est assourdissant !!!

Nous mettrons 1 heure à trouver l’un des restos sélectionnés par le routard, mais l’endroit est typique, 19 pesos le menu buffet à volonté y compris les grillades. Le serveur est très sympa il le sera encore plus quand Olivier d’un geste de bonté incontrôlé lui laissera 20 pesos de pourboire.

Ensuite, nous errerons dans les rues commerçantes et piétonnes, un peu saoulés par le brouhaha et la foule.

Le soir, nous sommes pressés de retrouver notre petit nid, au calme…

Le lendemain, nous choisissons la ballade au zoo, ce sera plus agréable d’autant plus que cet endroit est plein de charme, les nombreux félins et autres espèces animales sont bien représentés.

Notre gros problème est bien sûr la langue, vivre en permanence sans ne rien comprendre est une sensation un peu déstabilisante, je me revois quelques années en arrière lorsque jeune fille au pair, je débarquais en Angleterre légèrement perdue et hébétée ! Ici, c’est pire je ne comprends pas un seul mot, je regrette de ne pas avoir suivi ma méthode assimil avec plus de rigueur ! Mais les Argentins sont vraiment compréhensifs et sourient de notre façon de communiquer. A ce stade du voyage, je ne vois pas comment nous pourrons un jour entamer une discussion avec nos voisins de palier !??

Mais me direz-vous, nous n’en aurons pas beaucoup…des voisins de palier !!!

Parlons maintenant un peu de cuisine, nous avons fait quelques découvertes délicieuses…

Dans notre top 3, nous décernerons la troisième place aux empanadas (petits chaussons fourrés à la viande ou au poulet), la deuxième place est attribuée à la viande, tendre, savoureuse et très abordable au niveau du prix et… la médaille d’or est décernée à l’unanimité moins un (Lola n’aime pas) à une petite gourmandise du doux nom de « piquito » fourré au dulce de leche  (confiture de lait ).

Nous méritons bien un peu de douceur dans ce monde de brute !!!

10 réflexions au sujet de « 24/28 Octobre 2008 : Premières impressions, premières sensations. »

  1. corinne bailly

    bon début de voyage au moins vous avez du soleil ici c’est très pourri!!! pour le bruit j’imagine que c’est très dur en tout cas l’apercu de la ville est plutot sympa bonne continuation a plus bisous

    Répondre
  2. Jack Sparrow

    L’entraînement avec la cariolas n’est pas probant, essayez encore avant de prendre le camping car !
    A bientôt sur les ondes…

    Répondre
  3. Xavier MIGNANT

    Salut les globe-trotters,

    Début de voyage palpitant.
    Vos premiers pas dans la ville donne l’eau à la bouche.
    Je vois que olivier commence à shooter, à quand les premiers panoramiques !!!!!!!!! hâte de vous relire.
    Bravo pour ce blog.
    Bonne continuation et prenez soins de vous.
    Olive, dur de ne plus t’avoir au tel pour tes conseils !

    La Bretagne (Xavier)

    Répondre
  4. avenel maurice

    une chance d’avoir retrouver votre argent,mais plus haut au Bresil les porte-feuilles ne manquent pas.Je vous suis vos exploits et bravo!!!!!!

    Répondre
  5. avenel maurice

    je suis chez papa pour l’après midi et la soirée. Je viens de prendre connaissance de vos dernières périgrinations. Ce doit être en même temps super et plein de stress de se retrouver comme cela dans un monde si différent. Enfin c’est ce que vos commentaires nous laissent à penser. Pour communiquer reste le langage des signes qui est universel.
    Allez continuez à nous faire rêver!!! Bisous tout plein ++++ à mes zouzous.KITTY VA BIEN MAIS QUEL CARACTERE; ELLE PREND PARFOIS DES FESSEES MAIS PLEIN DE BISOUS AUSSI
    A+ TATA MOMO

    Répondre
  6. emma

    ça a l’air super ! profitez en bien. si vous voulez des contacts argentins qui parlent anglais pas de souci ! faîte nous signe, nous vous mettrons en relation avec le bureau de greenpeace Argentine.
    bises à tous les 4. emma

    Répondre
  7. Nath, Elisa, Marie-Lou

    Vos tenues vestimentaires font rêver, nous on a oublié ce qu’était le soleil, c’est tout le temps la pluie. Profitez bien et je te comprend Sté pour l’appart, j’aurais aussi fait pareil pour nettoyage !!!!! vos articles sont très plaisant à lire bisous

    Répondre
  8. natbou

    ici, les vacances se terminent et demain on reprend le boulot et l’école ! la virée à Carcassonne a été mouvementée ! pas besoin d’aller en Argentine pour vivre des trucs forts ! louis a foncé tête baissée dans le mur, aller direct aux urgences sans passer par la case départ ! on a assisté à la naissance d’un veau chez les cousins de Rémi ! voilà, et hier on a conduit plus de 3 heures sous des trombes d’eau … la vie peut être trépidante en France.
    bisous et on se bipe ce week-end !
    Nato et ses zouzous

    Répondre

Répondre à lefebvre monique Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *