13 septembre 2009 : Trois semaines en Colombie.

Ce pays ne faisait pas partie de notre feuille de route initiale, mais pour atteindre l’Amérique centrale, il est nécessaire de prendre un ferry, car il n’y a pas de route au sud du Panama. Plusieurs solutions s’offraient à nous,( toutes plus honteusement chères les unes que les autres !) nous avons finalement opté pour la liaison Cartaghène / Puerto Limon (Costa-Rica). Nous allons voyagé avec le camping-car, pendant 5 jours sur un cargo-bananier. Le départ est donc prévu le 4 Octobre de Carthagène.

Nous passons la frontière colombienne le dimanche 13 septembre.

La Colombie est décrite par tous les voyageurs qui l’ont traversée, comme un pays magnifique, à la population adorable. Le seul bémol, c’est la sale réputation qui lui colle à la peau et en fait une destination “dangereuse”, si on ne prend pas un minimum de sécurité. La guérilla bien qu’affaiblit depuis quelque temps, conserve des groupes de rebelles encore bien présents dans de nombreuses zones du pays. Lola n’est pas très rassurée depuis notre rencontre il y a quelques mois avec un français qui nous a annoncé d’un air inspiré : “ La Colombie, il ne faut pas y aller, là-bas, ils enlèvent les enfants et ils leur coupent la tête !” Merci Monsieur l’Intelligent de nous avoir traumatisé les enfants !!!

Enfin, c’est promis nous allons être encore plus prudents que d’habitude, nous allons suivre les grands axes et tant pis pour les bivouacs sauvages.

La route qui nous conduit à notre première destination, longe un canyon et prend des allures vertigineuses…

Première ville colombienne : Pasto. Nous devons y souscrire une assurance obligatoire pour le véhicule. Le regard des gens est plus que jamais curieux et insistant. Les touristes par ici, il n’y en a pas. Mais à aucun moment, nous ne sentons un regard malveillant, bien au contraire, quand nous discutons avec les gens, ils sont ébahis devant le récit de notre voyage, pour eux la France c’est vraiment très très très loin…Le nom de Zidane est ici aussi souvent énoncé, c’est vraiment encore le français le plus populaire en Amérique du sud !

Nous attaquons donc la traversée Sud- Nord de la Colombie et nous allons beaucoup rouler. Contrairement à l’Equateur, ce pays est vaste. La panaméricaine passe dans les zones montagneuses du pays et nous empruntons des routes très sinueuses sur lesquelles roulent de nombreux camions.

Impossible bien souvent de les dépasser, ce qui fait chuter notre moyenne horaire à 40km/h… Nous bivouaquons dans les stations services, ce n’est pas très exotique, mais au moins c’est surveillé.

Nous avons appris à dormir avec le bruit et à nous réveiller avec le jour, c’est à dire vers 6h30. Par contre le soir, à 18h il fait nuit et vers 21h tout le monde dort ! Nous passons dans la ville de Popayan,

toute blanche et ensuite nous mettons le cap sur Cali l’une des principales villes de Colombie. Après une bonne journée de route, juste avant d’entrer dans cette grande ville, nous nous mettons en quête d’un lieu pour la nuit. Nous espèrons trouver un hôtel pour pouvoir y passer un ou deux jours. Nous cherchons vainement pendant une demi-heure, la nuit tombe, la pluie commence elle aussi à tomber, nous sommes sur la voie rapide et c’est dans ce contexte des plus favorables, que BEF nous fait un nouveau coup de calcaire et stoppe tout net…

Juste le temps pour Olivier de se mettre sur le bas côté, devant la barrière d’une propriété. Je n’y connais rien, mais cela ressemble bel et bien à une panne sèche… Olivier rallume, BEF tousse, mais ne redémarre pas. La pompe du réservoir supplémentaire de gasoil semble ne plus fonctionner et nous avons épuisé notre réserve. A situation d’urgence, les grands moyens : nous vidons un bidon d’eau, Olivier se glisse sous le véhicule, défait le tuyau d’alimentation du réservoir arrière et récupère quelques litres d’essence. A ce moment, la porte de l’estancia devant laquelle nous stationnons, s’ouvre et un homme en sort avec sa moto. Nous lui demandons si nous pouvons dormir sur le terrain, en expliquant notre problème. Il appelle son patron par téléphone et celui-ci lui donne son accord. Olive vide l’essence dans le réservoir principal et essaie de redémarrer. BEF refuse et continue à tousser. A force d’obstination, il redémarre et nous pouvons nous mettre à l’abris dans l’estancia. L’employé nous indique où nous mettre, près de l’écurie, il nous allume la lumière et après s’être assuré que nous ne manquions de rien, il repart chez lui sous des trombes d’eau. OUF ! Nous sommes en sécurité pour la nuit, si c’est juste la pompe qui a lâché, on s’en sort bien ! Le lendemain matin, nous découvrons le magnifique cadre dans lequel nous avons passé la nuit, le domaine appartient à un riche colombien, qui possède des chevaux de polo. Par contre mauvaise nouvelle, le camping car ne démarre plus. Là, ce n’est plus drôle du tout, je commence à pester contre la nouvelle technologie si peu fiable au bout d’un an de voyage ! Bon, il nous faut trouver un garage, mais pour y aller, c’est dépanneuse obligatoire ! Les 2 employés de l’estancia appellent pour nous et en trouvent une qui semble assez grande. Nous attendons, Lola en profite pour faire un peu de cheval avec un beau petit colombien qui passera toute la journée avec nous.

A midi, la dépanneuse arrive. Au premier coup d’oeil, nous jugeons que le plateau sera trop court. Après plusieurs tentatives, on renonce.

BEF ne peut être hissé sans risque d’être endommagé. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de dépanneuse plus grande dans le coin… Que faire ? Olivier retente le coup de l’essence, peut-être qu’il faut en ajouter plus pour redémarrer le moteur. 10 litres plus tard, après avoir toussoté un bon moment, le moteur rugit de nouveau !!! On a envie de crier victoire, mais cela nous paraît trop beau pour être vrai !!! Tout l’après-midi, nous ferons des tests et vers 17h, nous sortons sur la route pour essayer l’engin… jusqu’à la station service la plus proche. Nous faisons le plein et ça roule !

Après toutes les émotions du jour, nous passons une seconde nuit à l’estancia. Alors que la nuit tombe et que nous aspirons à un repos bien mérité, nous allons subir un assaut d’insectes volants.

Ils sont attirés par nos lumières et sont des centaines à se jeter sur nos vitres et moustiquaires dans un grand fracas. Le cauchemar est à son comble, quand ces petites bêtes réussissent à se faufiler sous les fenêtres et à rentrer chez nous ! Cris des enfants, traumatisme de la mère( du moins dans les 10 premières minutes), panique du père qui démarre le camping car et nous fait faire un tour de terrain pour chasser les envahisseurs… L’attaque a duré une dizaine de minutes, et nous mettrons plusieurs heures à venir à bout de ces petits objets volants non identifiés.

Il y a certains jours où je me demande encore, pourquoi j’ai quitté le confort douillé de ma maison !

Nous passons une troisième nuit à l’estancia, plus calme cette fois, l’orage du soir a découragé les vilaines bébêtes. Nous remercions chaleureusement nos hôtes

et reprenons la route pour Cali, où ne nous attarderons pas.

Vendredi 18 septembre, nous arrivons à Armenia, nous sommes dans une des régions de la Colombie que nous avons préféré : la zone caféière.

Les paysages sont sublimes, la végétation d’un vert brillant, des bougainvillés géants ornent les façades de propriétés aux couleurs vives. Tout est propre, entretenu, paisible. Dans cette région, se trouve le Parc national du café, un des lieux les plus visités du pays. Les hôtels ici sont nombreux et pourtant nous avons du mal à en trouver un qui nous accepte avec le camping car ; grâce à un jeune guide qui ne va pas nous lâcher, nous en trouvons un bien placé avec piscine.

La baignade du soir est divine après la chaleur de la journée. Nous sommes à 1100m d’altitude, alors la nuit sera douce.

Samedi : journée loisir, Le Parc du café est en fait un grand parc d’attractions,

au milieu de plantations de café.

L’endroit est magnifique, nous pouvons observer de près nos premiers caféiers .

la Colombie est le deuxième producteur de café d’Amérique du Sud. Les enfants prennent la pause devant la célèbre jeep de Juan Valdez alias Jacques Vabre : “ EH ! Gringo !!! “, la fameuse publicité des années 80…

Nous déambulons dans les allées du parc, tantôt au milieu des caféiers, tantôt au milieu de bambous géants ( les Guabas) et puis vient l’heure de l’amusement et toute la journée nous accompagnerons les enfants dans les attractions les plus diverses, de l’auto-tamponneuse en passant par le kart,

jusqu’au grand huit

pour finir par les sensations fortes de la cumbre !

A 18 h, le parc ferme, le téléphérique nous ramène à l’entrée, et nous apprécions vu d’en haut, un environnement splendide.

Dimanche, petite visite à la Grange de Mama Lulu…

Petite démonstration d’écologie et de vie en totale autonomie par une famille de 10 personnes qui vit, cultive, crée son énergie, retraite ses déchets, recycle son eau en utilisant au mieux la nature qui l’entoure.

Les projets d’éco-tourisme sont nombreux dans cette région de Colombie, et on comprend que les gens d’ici tiennent à préserver un si bel environnement…

On quitte cette région magnifique et toujours cap au Nord, plus on monte, plus la chaleur se fait lourde. Visite éclair dans la ville de Medellin ,

un nom qui a lui seul dégage toute une ambiance… On se contente d’aller voir la place où sont exposées des statues de Botero

et pour se faire, nous prennons le métro moderne, de création française !

Les kilomètres défilent,

nous savons que nous allons vers le plus beau de la Colombie, Cartagena et la côte caraïbe…alors les enfants acceptent ces longues journées de route, préssés de se baigner dans les eaux chaudes d’une mer de rêve…

Les contrôles routiers sont nombreux sur la route et nous nous faisons arréter à chaque fois, par des policiers curieux et toujours très aimables. La présence militaire est bien présente aussi sur tout le territoire. 2 fois, Olivier commet une petite infraction au code de la route, et 2 fois nous bénéficions de la clémence des policiers sans que jamais ne planne une ombre de corruption !!!

Nous sommes jeudi 24, il nous reste une dizaine de jours avant le départ du bateau, alors nous dévions un peu de notre route pour nous immerger dans une Colombie plus secrète, plus inaccessible : “en route” ou plutôt “en bateau” vers Monpox.

Ancien port de première importance pendant la colonisation espagnole et première ville de la Nouvelle Grenade( ancienne Colombie) a déclaré son indépendance en 1810, Monpox est aujourd’hui une petite ville paisible entourée par les bras du fleuve.

On y accède uniquement par bateau.

Ensuite, une heure de route est nécessaire pour atteindre ce petit bijou.

Ici, le temps s’est arrété, les maisons coloniales ont gardé toute leur beauté,

certaines transformées en hôtel , nous laissent ressentir le charme de ces belles bâtisses. Nous faisons le tour de la ville en moto-taxi avec un guide qui nous conte sa ville avec amour. La chaleur est presque insupportable, l’air est étouffant, la température frôle les 42º, nous rasons les murs pour trouver un peu d’ombre. C’est très dur cette chaleur, Lola en souffre et moi je dois affronter des migraines quotidiennes ! La nuit, c’est pire, nous dormons dans un four ! L’ achat de 2 ventilateurs nous permet de brasser un air à 35º… dans un bruit assourdissant ! Autant dire que nos nuits sont brèves et que l’humeur de chacun commence à se noircir… Vendredi, après l’école, nous retrouvons notre guide qui nous montre de jolis singes

et nous emmène visiter un atelier de filigrane.

Les ouvriers artistes,avec une patience et une habilité exemplaire, jouent avec des fils d’argent et composent des bijoux uniques.

D’aprés notre guide, BEF serait le premier camping car a avoir à sa connaissance, franchi les frontières de Monpox

Samedi matin, ça y est, nous atteignons Carthagène.

Nous cherchons un bivouac toute la journée et finalement, nous optons pour un grand parking gardé, en face la mer.

Le parking est un peu sale et au premier abord me rebute un peu, mais il y a de l’eau, l’endroit est surveillé 24/24 et il nous faut juste traverser la route pour nous jetter dans la mer alors, c’est décidé c’est ici que nous passerons notre dernière semaine en Colombie.

Le dimanche, c’est baignade à outrance, l’eau est à 30º, l’air a 35º, les vagues sont parfaites pour que nous peaufinions notre style en body board.

Tout serait parfait si une fois sur le sable, nous n’étions sollicités toutes les 2min par les vendeurs ambulants . Massage, tresse, lunettes de soleil, tee-shirts, boissons, fruits…crevettes marinées, statuettes, dessins, beignets, glaces, cigarettes… C’est un défilé permanent et un peu pénible, en fait, il n’y a que dans l’eau que nous sommes tranquilles !

Le soir, nous retrouvons Nelly et Rodolfo, couple suisse, que nous avions croisé á Cuzco et qui prennent le même cargo que nous.

Mardi après-midi, nous sortons de la ville pour jouer aux petits cochons !!! Direction le volcan del Totumo : de ce volcan, on n’aperçoit qu’un petit cône de boue de 7m, le reste du volcan est enfoui dans le sol.

Après avoir gravi l’escalier, un bain de boue visqueux à souhait nous attend. Sensation unique et déconcertante que de s’immerger dans cette matière gluante et épaisse.

Seul, on ne peut y entrer tellement la boue est dense.Une fois sur le ventre, c’est grâce à des efforts impressionants que l’on parvient à se retourner, et debout, impossible de s’enfoncer alors que sous nos pieds il y a 2 000m de profondeur… Le rinçage se fait dans une lagune chaude où des femmes nous attendent pour nous “décrasser” vigoureusement.

Jeudi soir, nous visitons Carthagène,

cette ville est tout simplement magnifique.

Ancien coffre fort des conquistadors espagnols qui faisaient partir du port tout le butin amassé et pillé dans les différentes villes d’Amérique du sud, la ville a connu de nombreuses attaques de pirates. Pour protéger leurs richesses, les Espagnols ont construits autour de la cité, des remparts et plusieurs forts. Le centre est très bien conservé, les maisons aux couleurs pastel et leurs balcons en bois,

les nombreuses places verdoyantes, les arcades…

La ville était aussi un des bastions du commerce d’esclaves et doit sa richesse et l’existence de somptueuses demeures à ce sombre trafic.

Nous rentrons en calèche vers notre parking situé dans le quartier moderne de Bocagrande.

Autour de nous les buildings rivalisent de hauteur et contrastent fortement avec l’architecture du centre historique.

A l’unanimité, nous décernons à Cartagena le prix de plus belle ville coloniale de toute l’Amérique du Sud !

La semaine se termine par une visite à l’hopital, rien de grave, une otite pour Robin et une angine pour Lola, excès de ventilateur et de baignade…

Voilà, c’est fait, nous avons traversé le continent sud américain du Sud au Nord, 35 000 km, 6 pays traversés, 11 mois sur les routes, des paysages sublimissimes, des rencontres passionnantes, des populations authentiques, des rires, des larmes, des petits bobos, des petites frayeurs …

Demain , BEF rentre au port, l’ aventure va continuer … en route vers l’Amérique centrale !!!

Article suivant …

17 réflexions au sujet de « 13 septembre 2009 : Trois semaines en Colombie. »

  1. Les Parcé avec Gulliver

    C’est vraiment super de vous voir ! Bravo à vous pour ce périple extraordinaire mais aussi fatiguant ! Avec l’école en plus…
    Nous pensons à vous souvent et sommes heureux d’avoir rêvé à la Colombie grâce à vous puisque nous ne pourrons pas y aller.
    Super le bain de boue ! qui a pris la photo ?!
    On vous embrasse fort
    Les Gullis

    Répondre
  2. exploracy

    super d’avoir des nouvelles, on voit que vous êtes en pleine forme, à fond dans les manèges et la boue……..beurk
    pleins de bisous, pour nous les vacances s’achèvent et bientôt de nouveau l’Equateur. Claude et alain

    Répondre
  3. COMBE Maurice

    Malgré ces quelques petits problèmes mécanique qui vous pertubent, merci de continuer à nous faire vivre ce fabuluex voyage.
    Toujours fabuleux ces récits accompagnés par de très belles photos.
    Bonne route, et bonne guérison pour les enfants.
    Maurice

    Répondre
  4. Simone HIVERT

    C’est Coline qui va être jalouse de sa copine Lola ! La voir sur un si beau cheval avec un si mignon petit Colombien ! Coline n’a pas ça à Mèze …
    A Dax on a des bains de boue aussi, mais les vôtres avaient l’air super sympas. Je ne sais pas s’ils sont efficaces contre les rhumatismes …
    En tout cas, encore bravo et merci de nous faire partager cette aventure magnifique que vous vivez en famille.
    J’espère que les enfants vont vite se rétablir et que les caprices de BEF sont terminés. Ces quelques jours de traversée vont lui permettre de « récupérer », il sera en pleine forme pour la suite du voyage.
    Profitez de la chaleur, d’après la radio, en France il y avait -5°C ce matin à Nevers ! L’hiver s’installe petit à petit.
    Bonne continuation, bisous à tous et j’attends la suite avec impatience.

    Répondre
  5. L'Amigos del Aspiratos

    11 mois pour l’Amérique du Sud.
    Vous êtes dans vos objectifs ?!
    Je pense qu’à ce rythme, il vous faudra plus d’1 an et demi pour boucler votre périple.

    Mais comme ki dirait l’autre (ou Thierry Henry lors d’une belle conférence de presse … Les footeux comprendront ):
     » Tant qu’on y est ; On y est  »

    De notre côté, Audrey est dans son dernier mois de grossesse
    donc ON ATTEND.
    Au fait, c’est une très bonne connaissance à vous qui sera le parrain.
    Il ne faut pas trop le répéter mais il est assez fièr.
    Par contre, je pense que j’aurais un bel apirateur en cadeau de naissance.!

    Bonne continuation dans votre magnifique expérience.
    Que l’aventure continue.

    La bise aux 4 PanaMèziens.

    Répondre
  6. Bernard MOREL

    Chers aventuriers inconnus…, ou plus précisément nous avons connu la maman Stéphanie à l’âge d’environ 8-10 ans.

    Voilà, nous avons eu le grand plaisir de dîner avec le papa Maurice samedi soir et avons beaucoup échangé. Maurice est l’un de mes bons amis de jeunesse que j’ai retrouvé lorsque j’ai pris mes fonctions de Proviseur au L.P. du Tréport en 1975. Quelques invitations autour de bonnes tables pour mieux évoquer notre parcours respectif. C’est là que nous avons fait la connaissance de maman Marie-Thérèse, native d’Ouville-la-Rivière. Suis moi-même natif de Luneray et mon épouse Colette de Brachy ! Voici pour la présentation succincte.

    A présent, tous nos sincères compliments pour votre audacieuse et réfléchie aventure programmée depuis longtemps déjà ! Ce long périple à travers le vaste continent américain doit être captivant et enrichissant…, pour vous, comme pour vos deux adorables enfants. En effet, vous devez découvrir les petites merveilles dont notre planète est si richement dotée. Nous-mêmes avons eu la chance de visiter le Mexique, les U.S.A. et le Canada et en avons retiré beaucoup d’enseignements.
    Bonne et profitable aventure et tous nous voeux pour son succès assuré !
    Les meilleures pensées de la famille Morel et leurs plus vifs encouragements.
    Mon blog : LES PUBLICATIONS DE BERNARD MOREL – ECRIVAIN

    Répondre
  7. lefebvre monique

    un petit coucou de normandie. Je vois que BEF devient capricieux. Peut être a t il besoin d’un peu de vacances. La traversée va le rafraicihr ET LE REPOSER. Bravo les enfants pour les tours demanèges, je préfère vous regarder que d’y être. C’est vrai que cette belle ville de colombie fait rêver, je vais en parler avec mireya. Elle doit connaitre
    les filles vont bien et les copains aussi
    je vous embrasse tous je pense+++++ à vous
    je vous aime

    Répondre
  8. Tonya Manuel Morena

    hola familia!
    siempre se los ve tan contentos
    sobre todo en la montaña rusa!!
    y en el barro!
    nosotros seguimos en la belle france!
    pasearemos por paris despues de trabajar en la vandange!!
    un beso grande a todos
    saben que morena esta por tener el bebe!

    Répondre
  9. Evalet Stéphane

    Bonjour de St Jacques de la lande(35)!
    Comme d’habitude,tout simplement SUPERBE!!!
    Merci de nous faire voyager par le biais de votre site!
    Bonne continuation à vous quatre,heu,à vous cinq…:-)

    Répondre
  10. Sarah et Jerome

    Quel voyage merveilleux! C’est enorme! On suit à distance ce super périple et on en prend plein les yeux!
    Bonne route, en espérant que BEF ne vous fasse plus de caprice!
    A bientot

    Répondre
  11. Mireya

    C’est avec beaucoup d’émotion que je vous lis. C’est touchant de vous imaginer dans le quotidien « latinoaméricano ». Ce que vous faites est tellement important et à la hauteur de ce qu’une petite famille en recherche d’aventures est prête a vivre! En effet il s’agit d’une merveilleuse aventure humaine!!!

    Bravo je vous embrasse!!!

    Répondre
  12. catherine et gilbert DAURES

    Bonjour,
    Nous sommes de Montpellier et c’est avec grand plaisir que nous suivons vos aventures et les facéties ou coup de calcaire de BEF. nous partons sur vos traces dans 2 mois car depuis peu je suis en CDI (congés à durée indéterminée)A vous lire et à regarer vos magnifiques photos, nous trouvons que e temps ne passe pas assez vite. Je ne pense pas que nous puissions nous rencontrer là-bas mais dans le 34 pourquoi pas Notre Zébulon est actuellement chez Laurent garage ABC à Méze en fin de préparation (merci pour le tuyau)
    une question : pouvez-vous nous communiquer les coordonnées de l’agence pour le transfert Colombie – Costa Rica? merci d’avance Peut-être sera t’il sur le lien
    notre projet est Ushuaia – Alaska
    Bonne suite et à bientôt
    Catherine et Gilbert
    Notre blog :http://www.catherinegil.com

    Répondre
  13. Nathalie

    Je me régale toujours autant à lire votre aventure. C’est génial de vivre tous ces moments en famille. Vos enfants vont revenir en France avec pleins de souvenirs. Profitez au maximum et continuez à vous faire plaisir et à moi de me faire voyager grâce à vos récits.

    Bisou de Mèze

    Répondre
  14. bailly corinne

    ca fait un bail que je navais pas ecris sur votre boite désolée en tout cas toujours aussi belles photos commentaires parfaits bref ca donne envie d’autant que l’automne c’est pas le top au niveau temps ici bon en tout cas steph on as repris la danse et trop délire la nouvelle choré on continue a se faire des bouffes c’est sympa de nouvelles danseuses sont arrivées d’autres ont arreter mais c’est toujours bonne ambiance bisous a vous tous a bientot

    Répondre
  15. avenel maurice

    J’ai bien « degusté » votre dernier envoi toujours passionnant et à voir la joie des enfants je suis rassuré.Je part demain pour Rome et je reviens le 31 de ce mois.Je ferai une prière pour vous en pensant à votre maman le 30 octobre .Gros bizous et resté prudents.Papymo

    Répondre
  16. BAILLY Romaric

    Quel régale de suivre vos aventure palpitantes…
    Profitez de ces moments de bonheur qui resterons gravés dans vos mémoires à tous!
    Et je pense que vous êtes en train de réaliser le rêve de beaucoup de personnes pas assez courageuses pour se lancer, en tous cas, c’est ptêtre mon cas…^^
    Donc merci de nous faire vivre votre aventure…

    Répondre
  17. SEAUVE

    Merci pour ces images que nous connaissons étant allés 2 fois en Colombie pour adopter nos enfants.
    Toutefois à Cartagène nous avions un garde du corps qui dormait sur notre descente de lit meme dans l’hotel. C’était en 1999. Nous avons connu Arménia et nous y étions 5 jours après le tremblement de terre puisque nos enfants sont de là.
    Nous sommes Campingcarristes mais nous n’avons jamais fait la Colombie en CC. C’est à réfléchir!

    Répondre

Répondre à Sarah et Jerome Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *