20 juillet 2009 : Welcome to the jungle !

Et si on se payait quelques jours de vacances ? Après tout on est au mois de juillet, bon c’est vrai, on est un peu en vacances prolongées depuis quelques mois, mais bon, déserter notre 9m2 pour quelques jours, c’est tentant !!! On a envie de chaleur, d’exotisme, d’aventure et de nouvelles sensations, quelle destination peut bien répondre à tous ces critères ???

L’ AMAZONIE bien sûr !!!!!!!!!

Claude et Alain nos amis voyageurs sont partants eux aussi, Olivier et Alain partent à la recherche du séjour parfait dans les nombreuses agences de la ville. La destination idéale est Puerto Maldonado, cette ville touristique située à 50 min d’avion de Cuzco, est en bordure de 2 rivières amazoniennes, le rio Madre de Dios et la rivière Tambopata. De nombreux lodges sont construits sur les berges, nous optons pour le lodge Corto Maltes tenus par des français. Le programme 4 jours 3 nuits nous permettra d’avoir un premier contact avec la jungle, de faire de belles excursions et d’avoir toutes les explications nécéssaires dans notre langue.

Jeudi 20 juillet 10h15 : décollage immédiat. Nous quittons Cuzco sous un froid hivernal en nous réjouissant à l’avance de bientôt retrouver le soleil et la chaleur.

Une petite heure plus tard, nous sortons de l’aéroport de Puerto Maldonado et le choc thermique est brutal. L’humidité ( 80%) et la chaleur ambiante (35º) nous plongent instantanément dans l’ambiance “jungle”.

Nous faisons la connaissance de notre guide, Carlos dit “Carlito” et du groupe de touristes français qui débarquent en même temps que nous.

Nous entassons les blousons et polaires dans le sac, et prenons place sur la petite embarcation qui nous conduit au lodge situé à 10 km en amont du fleuve.

Après un petit jus de fruit de bienvenue, nous nous installons à notre table pour un premier repas. Tout est bien organisé, nous n’avons pas l’habitude d’être pris en charge de la sorte, mais ma foi ce n’est pas déplaisant.

Le lodge est très agréable, notre bungalo spacieux et exotique,

mais nous n’avons qu’une envie, enfiler les maillots de bain et plonger une tête dans la piscine… L’eau fraîche est un vrai plaisir,

la végétation autour de nous est féerique,

les perroquets du lodge et le toucan apprivoisé viennent à notre rencontre…

le décor est posé et il est du genre paradisiaque !!!

Au loin on aperçoit des éclairs, le ciel s’obscurcit et nous avons bientôt droit à notre première averse tropicale…

L’orage passé, le soleil refait son apparition et il est temps de se préparer pour notre première excursion dans la jungle.

Nous chaussons les bottes en caoutchouc, le terrain est un peu détrempé. Autour de notre groupe, flotte le doux parfum des répulsifs anti-moustique dont tout le monde s’est largement aspergé. C’est parti aventuriers, nous entrons dans la selva…

D’abord clairsemé, le sentier que nous suivons depuis le lodge pénètre petit à petit dans une végétation plus dense et par endroit quasi impénétrable. Nous faisons de nombreux arrêts devant certains arbres ou plantes et à chaque fois Carlito nous donne de nombreuses informations. La jungle est un milieu hostile, nous observons les fourmis “balle”,

longues de plusieurs cm et dont la douloureuse morsure équivaut à un coup de revolver, ensuite les fourmis “flamme” un peu plus petites, qui se fondent à l’écorce de l’arbre qu’elles protègent et sur lequel elles vivent , je vous laisse imaginer la sensation de leur piqûre ! La végétation aussi peut-être sans pitié, c’est le cas du ficus étrangleur, qui s’enroule impunément autour de palmier jusqu’à les étouffer… Les arbres de fer ( à cause de leur dureté) se dressent majestueusement, sur leurs branches s’enroulent et pendent des lianes gigantesques.

Les palmiers marcheurs peuvent se déplacer grâce à leur drôles de racines aériennes. Les bruits et les odeurs sont multiples dans cet environnement richissime…les moustiques aussi, mais les répulsifs semblent les maintenir un peu éloignés. Notre ballade durera 3 heures, ponctuée de petits moments de détente…

difficile de résister à l’envie de jouer les tarzans dans un tel décor…

Retour au lodge, il est 17h45 et la nuit commence à tomber.

Avant le dîner, c’est le moment du “safari caïmans”.

Nous embarquons pour une ballade sur le Madre de Dios pour débusquer le caïman blanc. Le bruit du moteur ne doit pas les mettre en confiance, car ils se font putôt rares ! Après 20 min de navigation, nous nous approchons de la berge, moteur au ralenti, Carlos se penche et plus rapide que l’éclair il saisit un bébé. C’est un spécimen d’environ un an, un petit caïman blanc à lunettes.

Il fait environ 50 cm et pendant que le guide lui maintient la gueule bien fermée, nous en profitons pour lui faire un petit câlin !!!

Nous en apercevrons 2 autres, qui filent se réfugier sous l’eau quand ils prennent le projecteur dans les yeux ! Au retour, nous saluons madame tarentule …

20h, madame est servie…le dîner est délicieux, “la” chef est française et ça se sent ! Nous regagnons notre bungalow , les lits sont tous recouverts de moustiquaires, il fait bon, l’architecture sans fenêtre et le toit en feuilles de palme tréssées laissent passés un air doux et tiède, nous nous glissons sous les draps heureux de laisser au placard les couvertures !!! Le réveil est prévu à 5h45, pour assister au petit déjeuner des perroquets sur la falaise d’argile.

Ce n’est pas le réveil qui nous sortira du sommeil ce vendredi matin, mais un petit air frais. Dehors, il fait gris, les nuages épais forment un bouclier antisoleil. Nous nous levons surpris, et rejoignons le point de rdv pour les perroquets. Il n’y a personne de notre groupe, un autre guide nous informe que les perroquets ne viendront pas par ce froid, la sortie est annulée. Bon, nous retournons dans notre chambre, sur le chemin “Touqui”le toucan nous accompagne

bientôt rejoint par “Lola”

le petit perroquet vert.

Lola se prend d’affection pour Olivier et ne veut plus quitter l’épaule robuste qui lui sert de perchoir !!!

Il faut patienter 2h avant le petit-déjeuner, nous trouvons refuge dans les hamacs,

ressortons les polaires et les blousons, Olivier s’improvisent un poncho dans une des couverture.

Notre bungalow si agréable hier ressemble aujourd’hui à un vrai frigidaire !!! Pendant le petit-déjeuner, Carlos nous annonce la mauvaise nouvelle : le temps ne va pas s’améliorer et même se rafraîchir en fin de soirée ! On se regarde un peu incrédules, c’est une mauvaise blague ! J’avais bien lu dans les guides que de temps en temps un phénomène météorologique amenait des courants froids des Andes, mais quelques jours par an, pas plus ! BINGO ! Nous sommes en plein dedans…

Nous nous équipons au plus chaud et partons pour notre deuxième journée d’excursion. La pirogue quand on se gèle, c’est beaucoup moins fun.

Premier arrêt, l’île aux singes. Sur cette petite île au milieu du fleuve, ont été réintroduits plusieurs spécimens de singes capucins. Le guide dépose quelques bananes sur un système de monte-plat et aussitôt les singes accourent de toute part.

Nous voyons aussi de petits singes écureuils. Les singes capucins sont un peu terrifiants quand ils montrent leurs dents et Carlos nous recommande de ne pas sourire car nos dents peuvent être perçues par eux comme un signe d’agression. Le chef du groupe se montre enfin, mais il n’y a plus rien à manger. Je reste seule, un peu plus longtemps que le groupe, avec les enfants pour observer ces petits primates quand soudain le chef singe descend à toute allure de sa liane et nous montre ses dents en criant…

J’te jure, j’en ai plus des bananes moi ! Allez les enfants, sauve qui peut !!!

Nous réembarquons à destination du lac Sandoval. Le lac est au coeur de la réserve Tambopata et pour l’atteindre, une marche de 4km. Carlito nous conseille de prendre un bâton ( pourquoi ?)

En fait, le bâton s’avèrera très utile, car nous allons patauger dans la bouillasse et la gadoue pendant 1h et demie.

Le chemin est glissant, détrempé et le souvenir des fourmis balle et flamme nous empêche de nous tenir aux arbres pour faciliter notre progression ! Les enfants marchent d’un bon pas, je redoute le moment où l’un d’eux va glisser et se vautrer dans une flaque, mais il n’en sera rien. Nous arrivons enfin aux abords du lac. Une petite barque nous y emmène, et à chaque mouvement de l’un d’entre nous, nous risquons le bouillon !

Le lac Sandoval est le refuge d’une faune variée et abondante,

mais ces gentilles petites bêtes ne sont pas habituées à ce froid polaire et donc ne se montrent pas. Nous déjeunons dans la barque, notre guide a apporté une préparation délicieuse servie dans une feuille.

Cette feuille que nous avions touchée la veille a des vertus calorifères. Elle permet la cuisson des aliments en papillotte et permet de les conserver au chaud de nombreuses heures. Nous avons même le droit à un petit café réconfortant. En longeant les rives du lac, nous verrons quand même de drôles d’oiseaux,

des martins pécheurs, des chauves-souris plaquées sur les troncs d’arbres et pour finir, une colonie de singes écureuils qui nous suivra un petit moment.

Le retour se fait dans la boue, à une allure sportive. Carlito félicitera les enfants d’avoir si bien suivis. Il est 17h, nous devons attendre 3h avant le dîner…l’idée de rentrer dans notre bungalow glacial ne nous réjouit pas, encore moins l’idée de prendre une douche tiéde dans la salle de bain ouverte !!! Bon et bien allons boire des cocktails au bar, ça nous réchauffera ! Le personnel du lodge semble frigorifié, tout le monde nous accable en insistant sur le caractère exceptionnel de la météo !

Samedi matin, nous sommes réveillés par lola le perroquet et Touqui qui essaient d’entrer dans la chambre,

Paco le ara rouge est de la fête lui aussi.

Nous leur gardons les fruits du petit déjeuner qu’ils viennent déguster avec gourmandise. A 10h, nous partons pour rendre visite à des indiens de la communauté Eseeja. En remontant la rivière Madre de Dios, nous voyons les barges des nombreux chercheurs d’or.

Avec un système de pompe, ils aspirent les sables auriféres et captent les paillettes d’or sur un large tapis. Ils peuvent en prélever jusqu’à 15 g par jour. Nous sommes accueillis par un drôle de personnage qui va assurer le spectacle pendant une petite heure.

Vétu d’un simple tissu ajouré provenant de l’écorce d’un arbre, il nous parle de sa vie d’indien d’amazonie, de ses coutumes et rituels. D’après lui, les cheveux blancs sont la conséquence d’une trop grande absorption d’alcool , lui ne boit que du jus de canne à sucre ! Il se vante d’avoir 5 femmes et 14 enfants et d’après lui, la stature d’Olivier lui permettrait d’avoir 40 épouses (!). Il chante, nous fait danser et même si le numéro est bien rodé, nous passons un agréable moment. Nous terminerons la journée par une autre excursion dans la forêt jusqu’à un arbre aux racines gigantesques, de plus de 400 ans.

Carlito nous fait découvrir des plantes et arbres aux vertues médicinales.

Cet environnement est d’une richesse incroyable, la nature regorge de trésors,

protégeons-la !

La vision des zones brûlées et déforestées n’en est que plus écoeurante !

Après une dernière nuit glaciale, nous nous levons à l’aube, sous le soleil, qui vient nous narguer le jour du départ.

Direction la falaise d’argile où cette fois les perroquets sont au rendez-vous…

Ils viennent ici tous les matins, picorent une petite quantité d’argile afin de se protéger des germes et microbes qu’ils ingurgiteront par la suite dans leur alimentation. Cette dernière ballade matinale nous permet de nous ennivrer encore des parfums et des sons de la selva, qui sous le soleil se révèle tellement plus belle !

Retour à Cuzco pour ma part avec un bon rhume et une bonne angine, mais heureux et enrichis de cette nouvelle expèrience.

Article suivant …

12 réflexions au sujet de « 20 juillet 2009 : Welcome to the jungle ! »

  1. BATLE Noël

    Bonsoir,
    Récit toujours aussi passionnant avce vos magnifiques photos.
    On ne se lasse pas.
    Cordialement

    Répondre
  2. Simone HIVERT

    Vraiment dommage que le soleil et la chaleur n’aient pas fait parti de ce court séjour dans cette forêt qui doit être magnifique !
    Dame nature est très belle, mais aussi capricieuse.
    En espérant que la santé va vite se rétablir, je vous souhaite beaucoup de belles rencontres.
    Demain matin je quitte les Landes pour 2 jours à Mèze. Au retour, Alizée, Rémi Planes et Gaël Sanchez seront du voyage pour un séjour dans les Landes, tellement moins dépaysant que votre périple … mais ils sont contents quand même de retrouver leurs grands cousins qui sont en vacances, l’un arrive de la Réunion et l’autre de Futuna, là-bas très loin, en plein milieu du Pacifique.
    Bisous à tous les quatre et bonne continuation.

    Répondre
  3. FliaRodante

    Meriguets! Qué lindas fotos!!
    Se los extraña por Quinta Lala…seguimos aquí! En unos días emprendemos viaje hacia Paracas…ojalá volvamos a verlos!
    Saludos y abrazos…
    Christian, Malala, Renata y Simón

    Répondre
  4. lefebvre monique

    bisous

    pour ce qui est du récit super
    mais on en veut encore . Alors ma soeur sert toi des conseils des vertus médicinales de vos guides pour soigner ton vilain rhume et bravo à nos marcheurs en herbe qui en aurons à remontrer aux enfants et parents europeens qui prennent la voiture pour faire cent mètres
    au plaisir de vous lire
    au fait ste je ne peux pas joindre ma collègue en ce moment je te donne le nom de la ville dès que je l’ai + vos affaires seront chez papa ce soir
    bye bye bisous tou plein à mes petits chéris !!!!

    Répondre
  5. daniel

    Terrible vos reportages…On visionne celui des incas (le rêve de mon épouse) et derrière on a l’amazonie (mon rêve,moi qui adore l’aquariophilie et plus particulièrement les poissons amazonniens).Le pari était osé mais quels bénéfices vous allez en retirer…Surtout pour les enfants!!!
    Bonne continuation.
    daniel

    Répondre
  6. avenel maurice

    Les voyages forment la jeunesse, et je me sens rajeunir,transporté,vers tous les pays que vous découvrez et nous faites participer par vos messages.J’admire votre sérénité et les sourires de tous les quatre Si les paysages sont grandioses les vetements des habitants sont superbes et inca-descents par leurs couleurs et leur luminosité.Une nouvelle de EU (76260) notre Maire a reçu la légion d’honneur et rentre dans la lignée des Maires d’EU,,,Gros bizous à tous papymo

    Répondre
  7. lesergent

    Merci pour ces belles photos, et commentaires, cela nous rappelle de biens heureuses et similaires expériences passees…Sommes en Roumanie Une petite panne mécanique (pompe à vide changée neuve à Caen il y a 2 mois et Ford Roumanie ne veut pas prendre en charge la garantie, c’est l’Europe !!! Cette fois c’est le tribunal!!! Bref, cela nous oblige à prendre de petites vacances dans une station balnéaire , Constanta, au bord de la mer noire, friquée et bondée au plus grand bonheur des filles qui ont un peu de mal à retrouver leurs habitudes de baroudeuses.En tous cas cela fait plaisir de voir que vous ne changez pas et la suite devrait être assez sympa aussi.Gros bisous et suerte

    Répondre
  8. ALLO BEF ?? ICI LE CRES LE RETOUR

    Ola amigos,

    Toujours plus fort, toujours plus beau, toujours plus haut !!!
    Ici toute la famille petent la forme sous la chaleur de l’été Montpellierain.

    ALLEZ PAILLADE !!!

    Répondre
  9. Les Parcé avec Gulliver

    Vraiment géniale cette expé in the jungle, dommage pour le temps, c’est pas juste !
    Malgré tout vos photos sont extras et pleines de vie et les commentaires nous font bien rire !
    Suerte para todos y besos

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *