9 Janvier 2009 : Bienvenue au Chili

Vendredi 9 janvier, voilà une semaine que nous nous battons pour récupérer notre colis. Il est 17 h, nous raccrochons le téléphone après une ultime tentative d’explications espano-anglaises. Fedex Argentine nous confirme que le colis est bien bloqué en douane à l’aéroport de Buenos Aires.

3 solutions s’offrent à nous :

– Retourner à Buenos Aires ( 3 000 km)

– Abandonner notre colis ( 600 € de perdus)

– Faire appel à un broker ( intermédiaire habilité à retirer des colis bloqués pour les particuliers ( combien ça va nous coûter ?)

Cela implique une prise de décision délicate. Quoi qu’il en soit, nous n’avons plus rien à faire à Ushuaia, et nous décidons de larguer les amarres le soir même. Une nuit au bord d’un joli lac à Tolhuin qui nous vaudra un coucher de soleil divin, quelques bons empanadas et notre moral remonte.

Le lendemain, nous quittons la Terre de Feu et repassons la frontière du Chili.

Première ville étape, Puerto Natales. La route qui nous y conduit est sublime, nous longeons un bon moment le détroit de Magellan, puis nous passons devant une suite d’Estancias joliment entretenues avec de nombreux et impressionnants troupeaux de bétails. Petite halte sur le bord de mer où 2 carcasses de bateaux échoués datant du 18ème siècle, rouillent paisiblement depuis plusieurs dizaines d’années. Pourtant classés monuments nationaux, ils ne bénéficient d’aucun entretien.

Ils sont échoués devant une estancia elle aussi à l’abandon,

le tout forme un paysage désolé et saisissant.

Quelques km avant d’arriver à Puerto Natales, nous sommes intrigués par un rassemblement de voitures et de chevaux, il s’agit en fait d’un tournoi de rodéo. Génial, un spectacle auquel nous n’avons pas encore assisté !

Les participants sont vêtus de la tenue traditionnelle des gauchos ( pantalon noir bouffant, bottes de cuir, large ceinture et béret sur la tête), le cheval sauvage est attaché à un poteau, on lui bande les yeux, on lui met un genre de tapis sur le dos, de drôles d’étriers et une fois le cavalier en selle, le cheval est détaché ; s’en suit alors une série de ruades auxquelles les participants résistent tant bien que mal,

tout ça sous les coups de klaxons des spectateurs assis dans leur voiture autour de l’enclos…

Lundi matin, nous décidons de nous tourner vers Fedex France, pour nous aider à résoudre notre problème de colis. Le commercial chargé de notre dossier nous annonce très vite la couleur : « vous feriez mieux de renoncer à votre paquet, l’Argentine c’est la misère, les douaniers sont tous des « c…s », je ne vois pas de solutions, à part vous, personne ne peut débloquer la marchandise ! » Il insiste en nous disant que s’il avait connu notre situation, il n’aurait jamais fait partir notre colis !!!

En fait, le colis a été envoyé de France par notre concessionnaire et contient des pièces pour le camping-car : des protections isolantes (qui auraient dû nous être livrées avec le camion !), un ventilateur pour le frigo, un système de filtre pour les WC… mais ce colis portait bêtement la mention pièces électriques, la douane l’a intercepté et le considérant comme marchandises d’importation, elle réclame des taxes d’où le blocage ! 

Nous commençons à baisser les bras… Parmi nos obligations ménagères, nous avons celle d’aller régulièrement porter notre linge sale à la laverie. Celle que nous choisissons est tenue par un personnage haut en couleur : Tomislav Govic. C’est un Chilien d’origine croate, qui a pas mal bourlingué et a vécu quelques temps au Québec, nous commençons à discuter en Français, parlons de notre voyage etc… En plus de la laverie, il tient également un centre d’informations touristiques et nous donne des renseignements sur nos prochaines destinations.

Nous décidons d’aller manger une bonne pizza pour nous remonter le moral bien malmené par cette histoire de colis. Et pendant le repas, nous vient une idée, si nous demandions à Tomislav d’appeler pour nous la douane et d’essayer de débloquer notre situation ? Notre anglais trop limité et notre espagnol hésitant sont des obstacles à toutes discussions et tentatives de négociations. De retour à la laverie, nous expliquons notre désarroi à .Tomislav qui est tout de suite d’accord pour nous aider. Nous prenons place dans le camping-car et grâce à Skype, notre hôte se met au travail.

Pendant plus de 2 heures, baladé de numéros en numéros il va batailler, discuter, négocier, plaider notre cause et obtenir la possibilité de faire intervenir un broker pour débloquer le colis à notre place et le faire parvenir à Rio Gallegos ( 350 km plus au sud en Argentine).

Comme il se plait à nous le dire, notre colis est maintenant son colis, et il fera tout pour bousculer cette léthargie douanière et procédurière si caractéristique de l’Argentine voisine.

Bilan, si nous voulons notre marchandise, il nous faut :

retourner à Rio Gallegos ; faire un virement de 340 dollars au broker ; envoyer nos bons de transports originaux en express 34 dollars de plus ; payer les frais de garde du paquet 4 dollars par jour depuis le 26 déc. soit 80 dollars, attendre le colis encore plusieurs jours, et enfin, payer les taxes d’importation au bon vouloir du douanier !

Tomislav a fait tout son possible, il a surtout mis sa générosité et sa verve à notre service et nous lui en sommes grandement reconnaissants,

mais l’addition se révèle trop lourde et cette histoire nous a déjà fait perdre suffisamment de temps, nous renonçons à notre colis.

Dans la liste des choses à ne pas faire, nous ajouterons celle-ci : 

Ne plus jamais se faire envoyer d’effets autres que personnels en Argentine !!!

Article suivant…

 

12 réflexions au sujet de « 9 Janvier 2009 : Bienvenue au Chili »

  1. Ping : 26 Décembre 2008 : Brèves du bout du monde

  2. Mat

    Bon, Olive, faut passer à l’action !
    Tu prends un canasson sauvage, tu le dompte, tu fais tes 3000 bornes à cru jusqu’a Buenos aires, tu mets 2 ou 3 coups de boules aux douaniers, tu récupère ton colis, 3000 kils retour, en 15 jours l’affaire est bouclée !
    Merci qui ?
    Bises à tous,viva el Chili !

    Répondre
  3. Claude

    Hello les champions de l’aventure ! Merci pour ces « bonnes » nouvelles ! Je trouve qu’il est pas rancunier votre ami croate parce qu’avec la tôle qu’on leur a passé au hand ball…y’aurait de quoi !
    Bon…trève de plaisanteries. On est ravi que vous soyez ressortis de l’ombre, fut elle du bout du monde…et ravis également que vous soyez en pleine forme (dès qu’Olive est près d’une parabole son sourire -déjà grand- s’élargit encore plus…)et c’est bien tant mieux !
    De notre côté c’est toujours l »hiver et le WE a été plus que lamentable…Pour le reste, le moral est toujours là, com d’hab. On attend le printemps.
    Ethel et Lisa se joignent à moi pour vous serrer fort et vous faire de gros bisous !

    Claude

    Répondre
  4. Noël B.

    Bonsoir,
    Récit toujours aussi passionant.
    Mais je vous plains sincèrement dans votre galère postale.
    Salutations

    Répondre
  5. les banaux

    j appelle olivier besancenot pour vous venir en aide….
    je crois de plus en plus a ce gars !!!!

    pour ce qui est des nouvelles du pays j espere olive que tu sais que depuis hier soir on EST CHAMPION DU MONDE !!!!!!
    bisous

    Répondre
  6. claude onesta

    ON EST CHAMPION DU MONDE !!!!!!!
    FAITES LE SAVOIR TOUT LE LONG DE VOTRE VOYAGE

    ON FETE CA QUAND VOUS RENTREZ….

    AMICALEMENT

    Répondre
  7. fred

    Alors tout n’etait que baliverne, moi je croyais vraiment que Tom Hanks livrait les colis lui meme.
    La bise a vous quatre.
    Putain 2 ans , et oui RUBEN a deux ans aujourd’hui….

    Répondre
  8. lefebvre monique

    salut les jeunes. Hé oui il y a des peripéties dans les grands voyages. Mais pourquoi n’avez vous pas refusé le colis. Il serait reparti en france et là vous auriez peut etre pu le faire envoyer à la maison où chez les parents d’olivier pour le faire rééxpédier ailleurs. Sinon ici c’est la neige et le verglas. Kitty fait ses premiers essais de « glisse » mais rentre vite au chaud. Moi et les enfants tout le monde va va bien papa aussi. Merci pour ces nouvelles et gardez le moral c’est l’essetiel on pense à vous+++++++ bye TATA MOMO

    Répondre
  9. Jack Sparrow

    L’aventure continue enrichie de quelques galères et anecdotes…Tous ce qu’il nous faut pour être tenu en haleine et suivre votre périple ;-). Bonne continuation et à bientôt sur les ondes.

    Répondre

Répondre à fred Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *