13 Janvier 2009 : La nature dans toute sa splendeur

Mardi après-midi, nous prenons la route vers l’un des plus beaux et des plus réputés parc national chilien : Torres del Paine.

110 km au nord de Puerto Natales, dont 80 km de piste. Nous commençons à appréhender ce genre de routes qui pourtant constituent l’essentiel du réseau routier. Nous sommes toujours surpris de la mauvaise qualité de certaines qui mènent à des parcs nationaux très touristiques et qui sont donc largement empruntées.

Bref, nous oublions vite l’épreuve lorsque nous pénétrons dans le parc.

Il s’agit en fait d’un ensemble montagneux appartenant aux Andes dont certains pics atteignent plus de 3 000m d’altitude alors que nous, nous sommes à peine à 100m au-dessus du niveau de la mer.

Au cœur du parc, 3 pics se dressent majestueusement, il s’agit des 3 tours qui ont donné leur nom au parc. Malheureusement, d’épais nuages gris cachent leur sommet.

Le parc est très étendu plus de 240 000 ha et constitué de lacs, cascades, glaciers, de forêts, steppes et montagnes.

Nous nous installons pour passer la première nuit au bord d’une cascade tumultueuse, bientôt rejoints par une famille de voyageurs autrichiens, déjà rencontrée à Ushuaia. Les gardes du parc ne tardent pas à nous déloger et nous indiquent un endroit où l’on peut passer la nuit. Nous sommes garés en face des Torres et n’avons pas perdu au change.

Nous passerons la soirée à discuter autour d’une bonne bouteille de vin avec nos amis autrichiens.

Le lendemain matin, le vent souffle violemment, nous restons à l’abris pour faire le Cned.

Retrouvaille avec la famille Parcé, avec qui nous échangeons nos dernières mésaventures mécaniques. Ils ont acheté quasiment le même véhicule que nous, chez le même concessionnaire et ont eux aussi quelques déconvenues de batteries, frigo etc… Mais cela ne les empêchent pas de garder un moral d’acier.

L’après-midi, nous décidons d’avancer un peu dans le parc, après le vent, c’est la pluie qui s’installe et nous parcourons des kilomètres de pistes dans un paysage exceptionnel gâché par ce mauvais temps. La route est longue et difficile, mais nous prévoyons quand même de la refaire en sens inverse quand le temps sera plus clément, tant nous sommes frustrés. Olivier est plus que prêt à tenir le siège jusqu’au retour du soleil !!!

Nous dormirons au bord du lac Péhoé, magnifique par sa couleur turquoise. Il pleuvra toute la nuit, puis toute la matinée ( parfait pour l’école ) l’après-midi le vent redouble de force et nous reprenons la route vers le glacier Grey qui se trouve à l’extrémité du parc. Nous retrouverons sur la route Greg, Isa et leurs 3 filles.

Le soir une fois les enfants couchés, nous établissons ensemble le programme des prochaines randonnées. Malheureusement, c’est sans compter sur cette fichue météo réputée pour être extrême dans cette partie du pays. Il pleuvra ainsi 2 jours et 2 nuits…

Nous commençons à accuser le coup, la pluie glaciale et le vent qui nous donne l’impression de vivre et de dormir dans une lessiveuse, c’est trop pour moi ! Petit coup de blues et mauvaise ambiance généralisée. Enfin, le samedi matin, nous profitons d’une petite accalmie et tentons notre chance. Nous choisissons la randonnée pour voir le glacier.

Il fait froid et finalement les magnifiques icebergs détachés du glacier que nous verrons, illustrent parfaitement la température de la région.

L’après-midi, le soleil fait son apparition mais le vent est tellement violent, que nous choisissons de faire une autre randonnée sans les enfants. Nous les laissons tous les 5, bien à l’abris devant un bon DVD. Cette fois, nous partons à l’assaut des 3 cornes ( Los Tres Cuernos) autre massif montagneux emblématique du parc. La ballade est rude à cause du vent, mais nous pouvons enfin admirer sous le soleil, ces monstres de granit aux sommets bicolores qui se jettent dans un lac bleuté. 

16 km de marche dans la journée, c’est dur et le soir nous nous couchons fatigués mais ravis.

Demain c’est décidé, nous repartons voir les Torres, convaincus que cette fois le beau temps va enfin s’installer !

Et bien non, les nuages jouent avec nos nerfs,

et cette fois, les réserves alimentaires sont plus que désastreuses, il nous faut capituler. Nous quitterons le parc un peu déçus, Olivier n’aura pas « la » photo, mais voici que la pluie refait son apparition, alors vite roulons vers d’autres horizons moins nuageux !!!

Mardi 20, nous nous arrêtons à El Calafate, dernière ville très touristique avant d’entrer dans le parc national des glaciers. Ici aussi, tout est beaucoup plus cher pour les étrangers !!!

Nous retrouvons Dan et Marilena avec leurs 3 enfants et Eric, Patricia et leurs 2 filles, avec qui nous faisons route depuis un bon moment et c’est un convoi de 4 véhicules qui se dirige vers l’entrée du parc.

Sur nos guides datant de 2008, l’entrée du parc est annoncée à 30 pesos. Lorsque nous arrivons, nous constatons que celle-ci vaut maintenant 60 pesos et qu’en plus, elle n’est valable qu’un seul jour ! C’est fou ce que les prix ont augmenté depuis un an ! Heureusement, nous bénéficions d’un euro fort en ce moment ( 1 euro = 4,40 pesos ) mais il est vrai que tous les parcs nationaux sont payants ici et que cela représente un budget conséquent !

Encore 30 kilomètres de route semi-goudronnée et nous arrivons devant le Perito Moreno…

Ce monstre de glace est le plus imposant et le plus accessible de tous les glaciers qui composent El Campo de Hielo Sur (Le champs de glace du sud, 500 km de long, à cheval entre l’Argentine et le Chili).

Le Perito Moreno, nous en rêvions, nous avions lu et vu tant de témoignages et de photos à son sujet, mais en arrivant sur les passerelles qui le surplombent, le choc est réel. 

On reste sans voix devant une telle splendeur.

Imaginez un géant de glace de 50 km de long et de 4 km de large atteignant les 60 m de haut qui se jette dans un lac aux reflets turquoises. Ce géant est vivant, il avance de 2m par jour dans une succession de craquements et de détonations.

Nous restons là à l’observer durant des heures guettant les morceaux de glace qui se décrochent dans un grand fracas et se brisent en arrivant dans l’eau. Le soir de notre arrivée, nous organisons une sortie nocturne pour obtenir une magnifique photo de nuit.

Il pleut à nouveau toute la nuit ( nous sommes poursuivis !) et le réveil prévu à 5h45 pour la photo au lever du jour est annulé. Mais quelques heures plus tard, le soleil est là et nous passons toute la journée à contempler le spectacle que nous offre ce glacier.

Les enfants contemplent les nombreux pics et crevasses qui se tintent de mille reflets bleutés.

Le soir, nous avons du mal à quitter cet endroit.

Nous passerons ensuite 2 jours dans un camping gratuit, au bord du lago Roca. 

Nous prenons place entre les arbres, à l’abris du vent. Un petit air de liberté et de bien être souffle au-dessus de nos têtes. Nous faisons la connaissance de Peter et Anke, un couple d’Allemands en voyage de noce. L’apéro s’improvise dans la bonne humeur. 

Notre bande ne cesse de s’agrandir, et notre regroupement fait parfois penser à un camp de gitans ! Nous profiterons ( je profiterai) de ce petit havre de paix pour faire un grand nettoyage de BEF.

La poussière des pistes s’infiltre de plus en plus et j’emploie tous les stratagèmes pour la combattre. Les vis des placards continuent à tomber allègrement ( nous en avons une boîte pleine ) et quelques-uns uns seulement ferment normalement. Le pauvre BEF est bien malmené, Olivier a du mal à assurer la maintenance, la splendide boîte à outils que son papa lui a offert ne l’inspire pas plus que ça !

Vendredi 24 : La croisière s’amuse !

Réveil à 7h, nous partons à la découverte de 3 autres glaciers accessibles uniquement en bateau.

Là encore, nous sommes assommés par l’augmentation des tarifs : 295 pesos par adultes et 205 pour les enfants au-dessus de 6 ans !

Dan, qui parle très bien l’espagnol essaie de négocier un tarif de groupe, rien à faire, les touristes sont nombreux, les bateaux sont pleins, pourquoi nous ferait-il une faveur ?

Comble de l’arnaque, il faut repayer l’entrée du parc national (valable une seule journée) !

Heureusement nous avions gardé nos anciens tickets et nous réussissons à les faire passer, ni vu ni connu !

La croisière nous emmènera d’abord au pied du glacier Upsala dont la superficie est plus grande que la ville de Buenos Aires.

Nous naviguons sur le magnifique lac Argentino, entre les icebergs plus ou moins bleutés selon leur ancienneté, car plus la glace est ancienne et donc tassée, plus le bleu est profond.

Certains sont gigantesques et dérivent tranquillement.

Deuxième arrêt devant le glacier Spegazzini, que je trouve sublime.

Et enfin, après 6 heures de navigation,

nous sommes au pied du Perito Moreno

une fois encore nous le contemplons sans nous lasser.

Retour à 16h30.

La splendide ballade a été un peu longue par moment et heureusement nous avons parmi nous Thierry, ancien notaire et futur comique qui se charge de mettre un peu d’animation…

Le soir, nous bivouaquons tous ensemble autour d’une montagne d’empanadas !!!

De retour au camping-car, nous apprenons par SMS le décès accidentel de Renaud, le cousin d’Olivier. Nous sommes sonnés. Comble du sort, nous avions parlé de lui quelques heures plus tôt en expliquant à nos amis les joutes languedociennes.

Nous savons que dans ces moments si difficiles, les mots sont dérisoires, mais nous tenions à dire à toute la famille que nous partageons votre peine et que nous pensons sincèrement très fort à Gersande sa femme, Kelly, Pauline, Hugo et Ronan ses enfants, Jacky et René-Paul ses parents, et à toute la famille. 

Article suivant …

 

 

 

14 réflexions au sujet de « 13 Janvier 2009 : La nature dans toute sa splendeur »

  1. lefebvre monique

    Plein de splendeurs, de joies et de connivences auprès de personnes rencontrées au hasard et de la tristesse qui vous arrive comme cela sans attendre, ce sont des jeux de la vie réellement très injustes.
    MERCI POUR CRES MAGNIFIQUES PHOTOS QUI NOUS COUPENT DE NOTRE QUOTIDIEN FAIT LUI AUSSI DE BONS ET DE MAUVAIS MOMENTS
    Gardons tous un bon moral une réelle joie de vivre que nous communiquent souvent les enfants.

    Répondre
  2. Laurent Legendre

    Vous m’avez manqué un mois sans anecdotes et photos dur dur, je vais enfin pouvoir changer mon fond d’écran, les icebergs sont aussi beau que les maisons collorées. Les enfants vivent comment ce voyage? Mon fils Maxim qui à 8 ans aimerait beaucoup lire leurs commentaires, un bonjour à ce pauvre BEF… Merci.

    Répondre
  3. Hivert

    Je ne résiste pas à l’envie de vous remercier de nous faire partager tous vos bons moments, tous ces paysages fantastiques et ces incroyables aventures que vous vivez avec vos enfants. Ils auront des souvenirs merveilleux a raconter mais ils risquent de trouver leurs amis légèrement « décalés » après avoir vécus d’aussi « vraies » rencontres avec des populations tellement différentes de notre vie européenne !
    Bravo pour votre initiative et la réalisation de votre beau projet.
    J’ai connue votre blog par ma petite nièce, une petite copine de Lola : Coline Planes de Mèze qui suit elle aussi vos aventures.
    Bisous à tous et bonne route.

    Répondre
  4. avenel maurice

    Bravo pour vos superbes photos;et aussi de voir votre bonheur à tous Je suis heureux de vous suivre en penséeJe me porte bien et je me trouve des occupations pour moins penser à ma solitude J’ai le scrabble,la chorale et je me suis inscrit à(connaissance du monde au tréport )assis dans un fauteuil c’est moins fatiguant Nous avons eu de la neige mais cela est moins beau que vos paysages Tout est en bleu ne confondez pas le ciel et l’eau car la douche serait frisquette Je vous embrasse tous ,de bon coeur.Papapy

    Répondre
  5. nato

    C’est magnifique !
    Voir tant de belles choses nous coupe le souffle.
    Je vous envie car des paysages comme ça ne courrent pas les collines !! On pense très fort à vous.
    plein de bisous
    ps : Robin, ta coupe déchire !!
    Nath

    Répondre
  6. nato

    help !!!!
    j’ai voulu choisir le gros glacier bleu en fond d’écran, c’est l’ordi qui propose, moi j’ai accepté, et là, horreur c’est tout pixelisé.
    Dis Olive, on pourrait pas avoir sur notre adresse les belles photos en meilleur format.
    MERCI

    Répondre
  7. la famille laine-vivies

    vos photos et vos peripeties nous manquaient enormement. Qu’est ce que c’est beau la ou vous etes! Olivier tes photos sont a couper le souffle on en redemandent! Nous faisons des bonhommes deneige car il neige chez nous. Ma p’tite Ste bon courage pour le menage et dis toi que tu en toujours moins a faire qu’avant! gros bisous a vous 4

    Répondre
  8. Convertini daniel

    Superbe photo !!! Prolonger votre voyage le plus longtemps possible pour que l’on continue de profiter de toutes ces belles images.

    Répondre
  9. Jack Sparrow

    Les photos sont splendides : le cadrage est toujours aussi soigné, la composition équilibrée, des couleurs variées (ces blocs de glace bleus et les diversités de ton des paysages), contrastées…et des sujets aussi divers et variés, impressionant pour nous, pauvres sédentaires méditerranéens…sniff…sniff…
    Félicitation!
    Magnifiques espaces et paysages : on en prend plein la tête!
    Encore! Encore! Encore!
    Bon alors à très bientôt sur les ondes…

    Répondre
  10. Matt le rasta

    trop beau
    merci pour ce magnifique reportage

    ps: oliv’ no soucai pr le pano je gere 😉
    je t’embeterai plus ! profitez bien ! Tcho autorotator

    Répondre

Répondre à Marie-Pierre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *