4 octobre 2009 : PURA VIDA !!!

Dimanche 4 octobre, après 2 jours de paperasses, de contrôles en tout genre dont celui du service anti-narcotique, nous sommes sur le port de Carthagène, fin prêts à embarquer sur notre cargo. Nous avons payé les services d’un agent pour faciliter les interminables procédures douanières, mais malgré tout, nous avons quand même passés de nombreuses heures dans les différents bureaux du port !!!

Nous stationnons à côté de la soute du cargo, dans laquelle sont amenés de nombreux containers…nous attendons notre tour…1heure, 2 heures plus tard, personne ne semble soucieux de notre présence. Tout le monde commence à s’impatienter, il fait une chaleur insupportable et nous avons hâte de découvrir notre bateau. Enfin, vers 14h un homme de l’équipage vient nous voir et nous propose de monter à bord.

Les enfants sont hyper impatients et c’est avec un grand plaisir que nous entrons dans l’espace de vie climatisée du cargo. Nous découvrons nos cabines, spacieuses et confortables.

Autour de nous l’équipage s’active, sur le pont les grues chargent sans interruption des piles de containers. 2 grues sont en action sur le navire, plus celle du quai. C’est un balai incessant et nous apprécions la précision des grutiers qui déplacent ces lourdes charges et les calent avec une grande habilité. Mais le temps passe et Olivier et Rodolfo ne nous ont toujours pas rejoints .

En fait, nous apprenons que les camping car ne voyageront pas dans la soute, mais qu’ils vont être “grutés” sur le pont au milieu de ces grandes boîtes de ferraille ! Les véhicules sont installés sur une plateforme et solidement arrimés.

Heureusement qu’Olivier guident les employés pour qu’ils n’attachent pas leur câbles n’importe où, notre bon vieux BEF n’est pas en ferraille lui ! L’heure tourne, le départ de Carthagène est prévue à 18h. Enfin, tous les containers sont chargés, c’est le tour de nos 2 engins .

Petite appréhension quand nous voyons s’élever dans les airs notre maison roulante, le grutier manoeuvre très délicatement et pose les véhicules en douceur. Quand on sait qu’un grutier travaille 8 heures d’affilée, on peut avoir certains doutes sur ses réflexes en fin de journée !!!

18h, le cargo largue les amarres, sur le plus haut pont, nous contemplons les lumières de Carthagène qui s’éloignent, une petite coupette de champagne à la main… TCHAO America del Sur…

A bord, ce n’est pas vraiment la croisière s’amuse ; la compagnie maritime est allemande et l’équipage ukrainien, autant dire que l’on ne badinne pas avec le règlement ! Repas à heures fixes, service au carré, capitaine et officiers prennent leur repas en 5 min montre en main, sans s’échanger le moindre regard ni le moindre mot !!! Mais pour nous, tout va bien, on se la coule douce, la nourriture est délicieuse, nous avons droit tous les soirs à un plateau de fromages onctueux, au petit déjeuner pain frais et véritable baguette… un petit gout d’Europe qui nous fait du bien !

Les journées s’écoulent au rythme du Cned ,

on profite des 2 cabines pour faire les évaluations dans de bonnes conditions, puis c’est ping pong, fléchettes et jeux de société. Les enfants adorent l’ambiance cargo, ils veulent continuer le voyage comme ça !

A bord, nous sommes seulement 11 passagers et nous serons les derniers, car la compagnie arrête le transport de passagers. Après un premier jour de mer,

le cargo stoppe dans une baie des eaux colombiennes proche du Panama.

Nous y stationnerons 2 jours, pour faire le plein de bananes ! Ici il n’y a pas de port, c’est donc sur des barges que tous les containers chargés à Carthagène vont être enlevés du cargo afin d’ouvrir les soutes réfrigérées qui seront remplies de palettes de banane.

Incroyable, quel boulot de fou ! Je vous assure que je ne regarderai plus les bananes de la même façon quand je les achèterai à Intermarché ! Quand on sait d’où elles viennent, le nombre de manipulations dangereuses que cela nécessite de charger un cargo…

le nombre d’hommes mobilisés pour mener à bien l’opération… On est ravi de pouvoir suivre tout cela en direct, c’est mieux qu’à Thalassa !

Il nous reste une journée de navigation avant d’arriver au Costa-Rica, cette fois la houle est assez importante et la position couchée est parfois chaudement recommandée… Enfin, jeudi 8 octobre vers 16h nous accostons à Puerto Limon, aussitôt les camions arrivent et les containers sont déchargés à toute vitesse. Cette fois le grutier n’est pas très délicat et quand on voit les containers se balancer dangeureusement au-dessus de nos camping car, on craint le pire. Nous observons le manège du pont et nous assistons impuissants au téléscopage d’un container avec le véhicule de nos amis suisses. On crie, on insulte cette brute de grutier qui ne fait absolument pas attention à nos engins. Il nous faudra patienter plusieurs heures avant qu’ils ne déchargent BEF. Les containers le frôlent, et c’est avec des pans de mousses que les dockers protégent la carrosserie avant d’ajuster les câbles métalliques qui soulèveront la plate-forme. Je n’en peux plus d’angoisse, je suis sûre qu’ils vont nous le broyer. Appareil photo au poing, nous nous tenons prêts à shooter pour avoir des preuves en cas de désastre. Finalement tout se passe bien, les camping car sont sur le quai …OUF ! Celui des suisses a un trou à l’arrière, mais un des responsable du bateau prend les choses en main pour le constat et l’assurance. Nous passons encore la nuit sur le cargo, au plus grand plaisir des enfants. Le déchargement continu suivi du chargement d’ananas cette fois, dans 15 jours tous ces fruits seront dans les supermarchés européens. Le lendemain, encore une course folle à la paperasse pour l’entrée au Costa-Rica, Olive à ce jeu-là en est maintenant au “mode expert”, enfin, vers 16h, nous quittons le navire, Costa-Rica nous voilà !!!

Premier bivouac au bord d’une plage, à côté d’un resto bar un peu bruyant, ça nous change de l’ambiance feutrée du cargo !

Samedi, journée garage. BEF a un pneu crevé et il fait un bruit de casserole au freinage depuis un bon moment. Les plaquettes de frein arrière ont rendu l’âme, elles frottent donc sur les disques de frein ce qui expliquent le bruit de casserole. Nous trouvons un atelier de jeunes “rasta man”, malgré leur allure décontractée, ils s’affairent consciencieusement . En 2 h, les plaquettes sont changées. Ils nous posent plein de questions sur le voyage et veulent voir des photos des pays que nous avons traversés. Nous regrettons de ne pas les avoir pris en photos, ils étaient vraiment bien sympa.

Enfin, nous sommes prêts à profiter pleinement de la côte Caraïbe du Costa-Rica. Direction Cahuita et ses plages magnifiques. Nous trouvons un petit camping dans un jardin tropical,

la Playa Negra est à 10m, nous nous posons dans ce petit paradis, ça va être difficile de nous déloger.

En plus, nous avons à nouveau tout notre temps, fini le speed des derniers mois, on se fond à l’ambiance d’ici où le “Pura Vida” est sur toutes les lèvres, plus qu’un simple “bonjour”, c’est un état d’esprit, presque une religion, la musique de Bob Marley résonne dans tous les bars et restaurants…

La population afro-caribéenne est ici majoritaire, même si une grosse communauté suisse et européenne s’est installée dans ce coin du Costa Rica. Du coup, certains se croient encore en Europe et pratiquent des prix exhorbitants !

C’est dans ce petit coin de paradis, que nous faisons la connaissance d’une famille française en voyage tout comme nous. Myriam et Rodolphe sont instituteurs à la Martinique et parcourent l’Amérique du nord, le Mexique et l’Amérique centrale avec leurs trois enfants depuis 10 mois. Avec eux nous allons explorer le parc de Cahuita. Notre but, voir le plus d’animaux possible ! La ballade se fait sur un sentier qui longe la plage. Ici la jungle rejoint le sable pour former des paysages sauvages et saisissants de beauté.

( On se croirait dans “Lost” pour les initiés!!!) Nous marchons les yeux en l’air, à l’affut du moindre mouvement de branches qui marque la présence de singes. Nous en voyons plusieurs, des capucins,mais aussi des singes hurleurs qui ont la particularité de “rugir” tel des lions. Et puis nous rencontrons notre premier paresseux, suspendu à une branche au-dessus du sentier.

Pique-nique, baignade, observation des fourmis et des crabes… les enfants marchent d’un bon pas avec leurs nouveaux copains. Le soir, une petite cerveza est la bienvenue après la chaleur de la journée.

Mardi, nous quittons la famille française qui poursuit sa visite de la côte en voiture de location. Toute la journée, des trombes d’eau se déversent sur Cahuita, ici c’est la saison des pluies et nous avons droit à notre orage tous les jours.

Les jours qui vont suivre, seront beaucoup moins drôles pour toute la famille, surtout pour Lola. Des petites cloques se forment sur son thorax et dans son dos et grossissent très rapidement. Nous décidons d’aller consulter un médecin à l’hôpital de Puerto Limon. Le verdict implacable tombe : zona ! Zona=grosse galère et on en a pour 3 semaines ! Résurgence du virus de la varicelle qui se loge sur un nerf. Les enfants ne souffrent pas autant que les adultes, mais les démangeaisons sont là, impossible pour Lola de dormir plusieurs nuits de suite et l’aspect mutilant de la maladie est assez terrible à supporter. Enfin, comme on se plait à le dire maintenant, ce sera juste un très mauvais souvenir du voyage. A l’heure où j’écris ces lignes, Lola est en pleine forme et a retrouvé tout son tonus !

Pendant que sa soeur se soigne,

Robin prend son premier cours de surf, la mer est assez agitée, mais après plusieurs essais, il réussit à tenir debout…

Mardi 20 octobre, notre petite malade va mieux et nous quittons Cahuita en direction de Puerto Viejo, dernière ville de la côte caribéenne avant le Panama. A Manzanillo, nous trouvons un bivouac de rêve,

les roues dans le sable. Toujours accompagnés de Rodolfo et Nelli, nous savourons ces instants de …PURA VIDA…

Vendredi 23 Octobre : date symbolique de notre calendrier, cela fait exactement 1 an que nous avons quitté la France. Une année bien remplie, comme vous l’avez lu, une année exceptionnelle, qui restera gravée dans nos 4 petites têtes pour l’éternité…

Nous arrivons en fin d’après-midi à San Jose, capitale du pays, sous une pluie diluvienne. Nous trouvons non sans mal le camping spécialisé camping car, où nous retrouvons avec plaisir “les bananes bleues” ( Myriam, Rodolphe et leurs 3 enfants). Nous avons un anniversaire à féter, cela tombe bien …

Le camping est très bien équipé, c’est en fait un RV park, où tout est pensé pour le camping car à la mode américaine ! A part nos 2 familles, il y a également un autre voyageur français, sur les routes depuis 11 ans, originaire de notre région…

le monde est tout petit ! Les enfants sont contents d’avoir de nouveaux copains de voyage, les 2 familles s’entendent bien, nous décidons de faire un petit bout de route ensemble.

Lundi 26, nous quittons la capitale pour la côte pacifique. Le pays est petit, et en quelques heures nous atteignons l’océan. Sur cette côte, l’urbanisme est beaucoup plus développé. Le Costa Rica a de nombreux atouts, en une quinzaine d’années le pays est devenu “LA” destination touristique la plus prisée des américains, entre autres ; ainsi le bord de mer est de plus en plus construit, les hôtels et autres complexes touristiques rivalisent de modernité et le nombre considérable de terrains à vendre laissent présager une défiguration alarmante du pays dans les années à venir ! Le plus choquant, c’est que la langue anglaise y est presque plus affichée que l’Espagnol ! Heureusement, le territoire possède de nombreux parcs nationaux qui échapperont au bétonnage et à la déforestation.

Avant d’arriver au parc Carrera, nous traversons un pont sous lequel gisent et somnolent une vingtaine de crocodiles.

Nous avons l’autorisation de bivouaquer sur le parking du parc, en vue de notre visite du lendemain matin. Le parking est très fréquenté et nous y verrons des iguanes, un jeune cerf, un couple de hiboux, un coati… plus d’animaux sur le parking,

que lors de notre ballade dans le parc ! Il fait chaud, vite nous avons envie de retrouver la plage !!! A Jaco, nous trouvons un petit squat au bord d’une belle plage.

Le soir un orage monstrueux s’abat sur nos têtes,

mais une fois le déluge passé, nous profitons de la fraîcheur apportée par la pluie. Nos soirées sont festives, belote et rhum-miel-citron … Les enfants passent leurs journées dans l’eau

et la cour d’école a des allures paradisiaques… Si si, on arrive quand même à bosser un peu !

Vendredi 30 octobre, nous descendons un peu plus la côte, jusqu’au parc Manuel Antonio. Là encore, hôtels, cabanas et resto à gogo… Ici, pas de bivouac en sauvage, mais nous trouvons des cabanas avec accès direct à la playa Estrella,

paradis des surfeurs.

Samedi, nous passons toute la journée á découvrir ce formidable parc Manuel Antonio : les animaux sont omniprésents, il suffit de lever la tête pour observer les paresseux se mouvoir avec une extrême nonchalance,

s’amuser des sauts des singes capucins

et des singes écureuils,

débusquer les sauterelles mordeuses…

puis en baissant les yeux, on suit la course amusante des bernard l’ermite,

on traque les basiliques (genre de gros lézards à crête)

au milieu des feuillages et on suit des yeux le vol des morphos ( papillon géant aux ailes bleu électrique ).

Après tant de découvertes,

vient l’heure de la baignade et là,

les plages sublimes

nous comblent de bonheur…

Le soir,

nous terminons cette magnifique journée autour d’une grillade, nous dégustons une viande digne de nos meilleurs souvenirs argentins !

Les jours se suivent et se ressemblent, mais pas de lassitude, on est bien ici. Nous passons encore 2 jours avec nos amis et l’heure des séparations arrive, toujours un peu triste de se quitter,

mais une fois encore, nous nous donnons rendez-vous quelque part … bientôt …

Mardi 3 novembre, en route vers San Jose, nous allons y attendre celui qui va partager 1 mois de la vie de notre petite famille… QUI EST CE VEINARD ???

Suite au prochain épisode…

Article suivant …

19 réflexions au sujet de « 4 octobre 2009 : PURA VIDA !!! »

  1. Simone HIVERT

    J’espère que le « Veinard » appréciera toute la chance qu’il a de partager avec vous ce fabuleux voyage !
    Je me contenterai de rêver à la lecture des articles, toujours aussi intéressants …
    Espérons que Lola n’aura plus de problème avec son « zona », la pauvre, elle a dû passer des moments difficiles.
    Bonne continuation à tous, bravo aux enfants pour avoir le courage de faire les devoirs dans des coins aussi paradisiaques, cela doit être quand même difficile de se motiver parfois.
    Gros bisous à tous

    Répondre
  2. Noël BATLE

    Récit et photos toujours aussi passionants. Je fais un peu le voyage avec vous grâce à Google Earth sur lequel je suis vos déplacements.
    Bonne continuation
    Salutations

    Répondre
  3. monique lefebvre

    salut la famille

    he oui moi je sais qui est le veinard et je lui encvoie des gros bisous !
    je suis heureuse que ma petite lola aille mieux
    elle peut m’envoyer des petits mails comme cela de temps en temps ) c’est sympa
    merveilleux pays que nous aurions bien envie de voir en ce moment car depuis 10 jours il pleut sans interruption en normandie !! ca vous dit de rentre? vec une météo comme ca on fuit
    merci pour ces moments de bonheur
    on vous aime
    on pense à vous
    camille marie alex JP ET LA FAMEUSE TATA MOMO

    Répondre
  4. laine

    Faudra bien donner toutes les adresses des plages de reve parce qu’ici on se les caille, c’est le retour de la pluie et du froid, un vrai temps de toussaint, cela dit ca tombe bien , c’etait ce week end!!!!! Qu’est ce c’est beau la ou vous avez bivouaque, j’irai bien surfe avec Robin et sirote un rhum miel-citron avec vous! je vais me contenter de cidre!!!! Il a paye cher le veinard du mois parce que nous aussi on veut bien partager votre quotidien !!!!!!!! Allez bonne route et a la prochaine . les Laine

    Répondre
  5. avenel maurice

    J’ai bien reçu l’appel de STe ce jour et je la remercie de ses bonnes nouvelles .Je suis revenu de Rome et tout le voyage s’est bien déroulé Cette belle ville au passé prestigieux nous a permis d’admirer tout l’art des peintres et des sculpteurs,et toute la richesse le tout consacré à la chrétienté.A votre retour vous aurez des photos et un film qui montrera toute cette richesse.Je n’ai pas encore lu votre dernier blog pris comme tous les retraités par le temps qui défile.???gros bizous à tous.Papymo.

    Répondre
  6. claude

    Salut les amis !
    Toujours aussi plaisant de lire de vos nouvelles…j’avais malheureusement décroché un peu ces derniers mois….car malgré la crise je touche pas terre côté boulot ! c’est pas que ça c’est arrangé mais les amis restent les amis et il faut leur montrer qu’on les aime, c’est important !
    J’ai encore de la lecture en retard mais je me suis éclaté avec le Costa Rica…pays pas si lointain que ça et véritable paradis !
    J’ai en plus appris qu’un veinard allait vous rejoindre…LE VEINARD !!!!!
    J’ai aussi appris que Lola avait eu un petit souci de santé…faites lui de gros bisous de notre part !
    Bon ! juillet n’est plus si loin…je veux pas vous saper le moral mais vivement votre retour et….la fiesta !!!!
    Enormes bisous à vous 4 !

    Bien amicalement

    Claude

    Répondre
  7. Stéphanie Vasseur

    Joyeux anniversaire de voyage !
    Profitez bien des derniers mois…
    Moi, je rentre de mon deuxième tournage de l’année… Eh oui, ici aussi, on fait des trucs chouettes !!!
    Bisous à toute la famille

    Répondre
  8. guilhem

    bon anniversaire de voyage la famille
    en esperant que le virus de lola la laissera enfin tranquille, je vous souhaite encore une tres bonne route
    a votre retour on vous presentera un petit bascou prevus pour le mois de mai (encore l occasion de faire perter quelques bouteilles)
    bon vent bisous a vous 4
    guilhem

    Répondre
  9. Tonya et Manuel et Morena!

    Y sigue el Meriguet TOur viajando y haciendonos viajar!!
    muchas gracias y alegria alegria…bonvae!!

    Répondre
  10. BAILLY Romaric

    Lire vos aventures me fait rêver éveiller… Et moi, je suis au boulot!!! mdr

    Bonne continuation! Et que l’heureux veinard se régale avec vous!!!

    Répondre
  11. Thierry PONS

    Salut la petite famille.

    C’est avec un réel plaisir que je (re)lis tout votre périple. Votre voyage à l’air fantastique et donne vraiment envie de voyager dans ces pays qui ont souvent mauvaises réputations (vos photos sont magnifiques !). Olive a toujours la forme de ces 20ans.
    Bonne route et au plaisir de vous revoir sur le continent.

    Un ancien d’AIACCIU,

    Thierry

    Répondre
  12. Seb & Coco

    Salut MERIGU FAMILLY,
    Toujours aussi génial mais qu’allez vous faire quand vous allez revenir…
    Remarque Oliv si tu veux faire un élevage de croco au grau d’Agde on assurera l’intendance avec Guilhem, Oliv et Fred quand tu seras en déplacement, à méditer.

    Si Lola a encore des problèmes de zona, faites moi le savoir, ma mère les soignes.

    SEB & COCO
    Grosses bises à tous

    Répondre
  13. franck gobert

    Bravo que du bonheur de vous voir aussi heureux.Olive tu portes toujours aussi bien le marcel….. grosses bises franck ajaccio basket

    Répondre
  14. bailly corinne

    bon encore une aventure superbes image et toutes celles d’avant aussi je fais pas toujours des commentaires mais je regarde bon pour nous toujours la danse beaucoup de fous rires ca ne s’arrange pas coté discipline bisous a vous quatres

    Répondre

Répondre à meriguet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *