6 novembre 2009 : O’brother

Vendredi 6 novembre, direction l’aéroport de San Jose pour accueillir Franck, le frère d’Olivier.

10h30, il arrive un peu fatigué mais ravi d’être enfin là, après 20 h de voyage! Et nous on est bien content de le voir !

Pas de temps à perdre, nous filons vers la Péninsule de Nicoya et ses belles plages. En chemin, nous faisons une halte à Chasqui,

petit village d’artisans qui doit sa popularité à ses charrettes en bois peintes.

Nous arrivons vers 15 h à Puntarenas, le port d’où partent les ferrys vers la péninsule. Une fois encore, BEF va faire du bateau. Après une heure trente de navigation,

nous débarquons à Paquera . Il fait nuit, il pleut, la route est en très mauvais état, bref nous donnons un petit aperçu à Franck de ce que tout bon voyageur averti ne doit jamais faire : chercher un bivouac de nuit ! Mais bon, Olivier veut trouver un premier bon bivouac à 5, alors il transgresse les règles. Vers 19h, on trouve enfin un endroit pas trop mal, sur une petite plage, seul bémol, le bar d’à côté pousse les watts de sa sono un peu fort !

Franck est tellement crevé de son voyage, qu’il passera malgré tout une bonne première nuit. Lola lui laisse sa “chambre” et dort dans le salon sur les canapés. Réveil aux aurores, un peu d’école et on reprend la route vers Montezuma . Les routes de la péninsule sont assez pitoyables et nous avançons lentement, une fois arrivés, le plus difficile reste la recherche d’un endroit agréable pour se poser quelques jours et permettre à Franck de accommoder à notre vie de nomades ! Après avoir chercher vainement sous une pluie battante le “pur” spot, nous rencontrons par chance un chauffeur de taxi qui nous emmène sur un terrain qui sert de camping.

L’endroit n’est pas mal du tout,

à quelques mètres d’une belle plage,

et il y a de l’eau, ce qui pour nous veut dire : confort, luxe et autonomie de plusieurs jours ! Allez Franck, vas-y, saute dans ton maillot et plonge dans les vagues du Pacifique !

Dimanche, nous partons crapahuter dans la réserve de Cabo Blanco.

Mal équipé pour affronter les 10 km de sentiers boueux et escarpés,

Franck vivra ses premières sensations d’aventurier en marchant plus de 2 km pieds nus dans la boue, après avoir casser une de ses tongues ! Pique-nique sur la plage,

réparation de fortune de la chaussure défectueuse

et nous reprenons le chemin du retour . Le soir nous sommes tous vannés…

Lundi au programme :

promenade à cheval sur la plage . Et oui, il y a des clichés auxquels on ne veut pas échapper ! Cette fois ce sont les chevaux qui empruntent des sentiers boueux et pentus,

nous nous contentons de nous accrocher à la selle en espérant que notre monture ne va pas glisser . Nous longeons ainsi les plus belles plages de la péninsule et une fois sur le sable,

les chevaux ne se font pas prier pour se lancer dans un galop grisant ! Au bout de la plage, petite halte près d’une cascade.

L’eau fraiche est la bienvenue !

Nous remontons en selle pour le retour,

et là encore, on se la joue cavaliers émérites en galopant comme de vrais pros sous l’oeil envieux des baigneurs ! Le soir,

jeux d’eaux dans les vagues puissantes de Montezuma. Le lendemain, je ne peux plus m’assoir ! Nos dos nous font tous souffrir et nous marchons les jambes légèrement arquées… Pour réchauffer tous ces muscles endoloris, nouvelle séance de marche en terrain inhospitalier. Cette fois, nous voulons atteindre une cascade. Chemin difficile, encore très glissant, nous nous aidons des racines, des lianes, des branches pour avancer.

Mais l’endroit est joli et la cascade nous offre une baignade rafraîchissante !

Mercredi, nous reprenons la route vers le nord de la péninsule. Nous arrivons en vue de Playa Grande

en fin d’après-midi.

Baignade au coucher de soleil…

Ici se trouve l’un des rares lieux de ponte de la tortue Luth. Le parc Las Baulas, a été créé dans le but de maintenir la plage vierge de toute construction. En effet, toute lumière artificielle a pour effet néfaste de perturber les tortues lors de leurs sorties nocturnes. Ces géantes des mers ne sortent de l’eau que pour pondre, et phénomène étonnant, elles viennent pondre à l’endroit même de leur naissance. Autant dire que si la plage est envahie par les hôtels et les restaurants, la tortue ne daignera pas y enterrer ses œufs et donc ne pourra pas se reproduire. Nous allons nous inscrire pour la sortie nocturne. Le rendez-vous est à 19 h, mais bien sûr, rien ne nous garantit que les tortues seront de sortie ! A 19h, nous visionnons un petit film, qui nous explique la tragique et imminente disparition de cette espèce de tortue. Au parc national Las Baulas, tous les efforts sont faits pour maintenir ce lieu de ponte intact et pour protéger les œufs des prédateurs. Une fois sortis de leur coquille, les bébés tortues doivent réaliser un parcours du combattant pour rejoindre l’océan. 10% seulement des œufs pondus deviendront un jour tortue adulte. En plus, il est pour eux nécessaire de sentir sous leurs pattes le sable de leur plage de naissance pour pouvoir y revenir pondre un jour à leur tour.

Malgré tous les moyens mis en place, la population des tortues luth ne cesse de décliner et cette espèce de tortue, vieille de plus d’un million d’années risque de disparaitre dans les 10 prochaines années !

Les gardiens patrouillent sur la plage et dés qu’une tortue se pointe, ils préviennent le guide qui nous emmène. L’attente peut être longue, heureusement nous stationnons juste devant l’entrée de la plage, aux premières loges ! Nous attendons motivés jusqu’à 23h, mais les enfants n’en peuvent plus et vont se coucher. Je ne tarde pas à les rejoindre. Vers minuit, toujours pas de signal de tortue, Olivier et Franck jettent l’éponge à leur tour…mais 10 minutes plus tard, le guide tape à la porte du camping car, ça y est : tortue en vue !!! Branle bas de combat, on saute dans nos tongues, et dans un demi-sommeil, nous rejoignons notre groupe. Les consignes sont draconiennes, pas de photo, pas de lumière, pas de bruit, en rang 2 par 2 et toujours derrière la tortue, jamais devant. Nous arrivons près de 2 tortues. La tortue luth est énorme, 1m 50 de long. Les traces qu’elle a laissé dans le sable sont équivalentes à celles d’un tracteur. Elle creuse avec difficulté un trou assez profond dans le sable sec et après une vingtaine de minute, nous la voyons déposer une quarantaine d’œufs blancs et brillants au fond du trou. Une autre tortue marine beaucoup plus petite à choisi le même endroit pour pondre. Les guides les éclairent avec une lampe infra rouge. Nous assistons au retour à l’eau de la petite tortue, mais nous ne pouvons malheureusement pas regarder la tortue luth repartir, toujours dans un souci de moindre dérangement. Bien sûr, c’est un peu frustrant nous aurions aimé en voir plus, ramener une belle photo souvenir, mais on comprend… l’enjeu est de taille !

(trace laissée par la tortue)

Le lendemain nous profitons encore au maximum de la magnifique Playa Grande, l’air tonique du pacifique nous donne des ailes…

Vendredi 13, notre long séjour au Costa-Rica se termine par la visite d’un autre parc national : Rincon de la Vieja. Situé à 800 m d’altitude, la température se rafraichit sensiblement et nous contraint à ressortir les pulls en début de soirée. Les différents sentiers de ce parc volcanique

nous emmènent tour à tour près de trous de boue bouillonnants,

de petites mares en ébullition d’où sortent des vapeurs sulfureuses.

Et puis toujours une végétation exubérante, les figuiers étrangleurs qui ne laissent aucune chance à leurs hôtes parasités.

En fin d’après-midi, nous détendons nos muscles de marcheurs dans une source d’eau chaude bien agréable.

Nous avons passé un mois et demi dans ce pays et plus que jamais nous avons été témoins d’une nature incroyablement riche, variée et fragile. Magnifique Costa Rica, mais pour combien de temps encore ???

Dimanche, nouveau tampon sur le passeport : Bienvenidos a Nicaragua.

Nous voulons encore profiter des plages et nous cherchons un bivouac dans la station balnéaire de San Juan del Sur.

Nos recherches nous éloignent de la ville et c’est ainsi que par hasard nous débouchons sur une plage quasi déserte,

où nous rencontrons une famille française ! C’est vraiment incroyable ces rencontres inopinées ! Anne-Laure, Patrice et leurs 3 enfants sont ravis de nous voir, cela fait 4 mois qu’ils ont commencé leur voyage en camping car et nous sommes les premiers français qu’ils rencontrent. Ils nous conduisent à 500m de là, chez Roy et Karen,

un couple d’américains qui tiennent des cabañas. L’endroit est très accueillant à l’image de ses propriétaires.

Nous allons passer 4 jours chez eux, 4 jours festifs et ludiques. Roy est un sacré personnage, un peu magicien et très joueur.

Ça tombe bien, il va se mesurer aux 2 grands french boys ! Fléchettes, horse shoes, freesby golf et

pocker (bravo Franck pour tes 2 victoires) ! On ne peut pas dire que cette région du Nicaragua nous donne une image authentique du pays. Ici, c’est plutôt gringo land ! Tous les hôtels et cabañas du coin sont tenus par des américains !!! Olivier et Franck en profitent pour aller suivre le match décisif de l’équipe de France dans l’un des hôtels. Roy qui n’a jamais vu un match de foot de sa vie se prend au jeu et se laisse emporter par l’euphorie des 2 frangins lors de la victoire finale !

Le soir, nous fêtons les 9 ans de Cléa dans une ambiance quasi-familiale.

Jeudi 19, l’heure des séparations a sonné… Chacun reprend sa route et Roy et Karen se préparent à recevoir d’autres touristes…

Nous atteignons les bords de l’immense lac Nicaragua dans l’après-midi.

Dans ce lac,sur l´île Ometepe trônent majestueusement le volcan Concepcion et le volcan Maderas. Nous réservons un taxi pour le lendemain afin de faire le tour de l’île.

Départ du 1er ferry à 7h30.

Une heure plus tard nous débarquons. Notre guide taxi nous attend et nous emmène tour à tour découvrir les plus beaux sites d’Ometepe.

Celui que nous préférons est l’ojo del agua,

une grande piscine naturelle remplie d’une eau thermale fraîche.

L’île recense 41 000 habitants et produit essentiellement des bananes et de la canne à sucre. Le tourisme y est important, mais Ometepe a su conservé une vraie authenticité.

Samedi 21, nous arrivons à Granada “la” ville coloniale par excellence du Nicaragua.

Nous dormons le premier soir au centro turistico,

genre de base de loisirs située au bord du lac. Nous cherchons longtemps un endroit pas trop souillé pour nous installer. La vision du lac pollué et de ses abords jonchés de détritus n’est pas très attirante. Pourtant, le lendemain les gens affluent dés 7h00 du matin

et se baignent pour la plupart habillés dans ces eaux troubles !

Dimanche, visite de Granada. La place principale est entourée de maisons coloniales colorées, par les portes entrouvertes

nous apercevons les patios fleuris. Au détour des rues, nous nous attardons sur les détails des portes en bois magnifiques, sur les ferronneries…

puis en haut du clocher de l’église de la merced,

nous admirons les toits de tuiles et la cathédrale qui tourne le dos au lac.

Lundi 23, nous visitons les ruines de Leon Viejo, qui fut au 16ème siècle, la première capitale du pays. L’ensemble est classé à l’Unesco. Les ruines n’ont été découvertes que dans les années 60 . La ville a été abandonné par la population en raison des nombreux tremblements de terre et éruptions volcaniques.

Le site ne nous impressionne pas plus que ça.

Nous roulons ensuite en direction de la frontière hondurienne. Nous dormons sur un parking un peu glauque, mais sécurisé. Entre nos 4 murs et nos fils barbelés, nous sortons quand même la table pour passer la soirée, rien ne nous arrête !

Mardi 24 : journée frontière.

Olive s’est mis la pression pour cette journée. De l’avis de tous les voyageurs rencontrés depuis ces derniers mois, les frontières de ces pays d’ Amérique centrale sont une épreuve de patience… Les douaniers honduriens ne respirent pas la joie de vivre et sont plutôt du genre bourru. Nous ne tardons pas à nous faire alpaguer par les locaux qui nous proposent leur aide contre quelques pièces. Après 2 heures de formalités douanière, nous voilà en Honduras. 126 km nous séparent du Salvador que nous comptons bien atteindre dans la journée. Le Honduras est en pleine crise politique, ce pays nous semble assez triste, nous n’avons pas envie de nous y attarder.

Sur cette route, nous allons passés 9 barrages de police et être contrôlés 7 fois ! Un record ! En plus des papiers du véhicule, des passeports, il faut leur présenter à chaque fois les 2 triangles de sécurité, l’extincteur… et ils nous réclament des bandes réfléchissantes sur les côtés du camion. Mais bon, nous leur expliquons que nous sommes sur leur territoire pour quelques heures seulement, alors de mauvais gré ils nous laissent passer.

En milieu d’après-midi, nous sommes en vue de la frontière du Salvador. La transition est frappante, les douaniers accueillants, la population souriante… Et en plus, les formalités sont minimales nous entrons sur le territoire très facilement !

Nous passons 2 petites journées au Salvador. Le pays vient de subir la violence de l’ouragan Ida et même si les régions que nous traversons n’ont pas été très touchées,

nous sommes contraints de traverser une rivière à guet car le pont a été emporté par la rivière en crue.

Ce pays est lui-aussi bien américanisé ! La chaleur est étouffante, vite, direction la plage

… dernier bain dans le Pacifique

pour Franck !

Prochaine étape haute en couleur : le Guatemala

Article suivant …

23 réflexions au sujet de « 6 novembre 2009 : O’brother »

  1. marie lefebvre

    coucou la famille
    y en a qui ont de la chance
    depuis le temps que l’on demande à bef de nous permettre de venir
    idée pour le gros lot de la prochaine grille!!!
    sinon toujours d’aussi bbeau paysage!
    tous le monde va bien c cool!!!
    marie

    Répondre
  2. Claude

    Hello les amis !
    Bonne lecture de vos aventures au costa rica and Co !
    Ici la Méditerranée se refroidit jour après jour…et on envisage un petit reportage au soleil (Nelle Calédonie) histoire de prolonger l’été qui fuit !
    Bon ! juillet n’est plus si loin ! vivement partager de visu toutes les histoires et anecdotes de votre fabuleux voyage !
    Bisous à vous 4 !

    Claude

    Répondre
  3. monique lefebvre

    coucou la bande des quatre
    d’abord une bonne nouvelle, j’ai mon home à moi toute seule officiellement depuis mardi dernier Ouf mais il fallu que je donne le camion en plus !!!!!
    je suis soulagée et vois la vie du bon côté
    Super votre petit temps de famille à 5 les photos sont superbes et les commentaires de ma sté sympa
    j’ai été sidérée par les marques des tortues c’est dingue on se sent tout petit (enfin surtout moi 1,63m) j’aurai pas fait la maligne à côté d’elles
    plein de bisous

    Répondre
  4. Stéphanie Vasseur

    Franck n’a pas changé depuis la Tunisie !!! Embrassez le pour moi !
    Trop sympa les photos où vous sautez en l’air !!!
    Profitez bien de cet endroit sublime et de ces vacances en famille, cette visite doit vous faire du bien.
    Gros bisous de Steph qui prépare la projo de son 4ème court métrage et qui finit le montage son 5ème !!!

    Répondre
  5. Simone HIVERT

    Contente de retrouver vos photos toujours aussi splendides. Certaines sont vraiment exceptionnelles…. et bien sûr, les commentaires sont au top !
    Bon voyage à tous et particulièrement au nouveau nomade, qui à l’air de s’être très vite adapté.
    Bonne route à tous et bonnes fêtes de fin d’année… bien loin de la France.
    Moi je les passerai à Mèze, avec la famille René Sanchez et de Coline, la copine à Lola.
    Bisous.

    Répondre
  6. yoann

    Hello les voyageurs,

    Je suis complètement bluffé par les magnifiques images prises lors de votre périple…

    Je reconnais pas mal d’endroits du Costa Rica, souvenirs souvenirs 2 ans après mon départ pour le tour du monde.

    Je vous souhaite encore de belles images, de superbes sensations et de riches rencontres.

    La bise,

    Yoann

    Répondre
  7. Les Bouvier

    C’est bon de vous lire de nouveau !!
    J’espère que vous etes conscients encore aujourd’hui des merveilles que vous vivez.
    En tout cas bravo à Sté car ses articles sont si bien écrits que l’on s’évade avec vous.
    des gros gros bizzz à vous ainsi qu’à Franck le veinard !
    Virginie & Erwan

    Répondre
  8. Tonya Manuel Morena

    Nuevament unos cuanto kilometros de viaje por la america!!
    muchas gracias!!
    nosotros por la drome, en buis les baronnies a la region de la oliva!
    disfrutando de la france! del monde!!
    bisous a la flia
    et salut!

    Répondre
  9. ALLO BEF ICI LE CRES LE RETOUR

    Salute les camarades syndiqués,

    Encore et toujours une belle mise à jour.
    On peut voir que Olive a toujours sa détente supersonique !!!

    Pas mal aussi Robinou, Lola et Sté… pour Franky, un peu de corde à sauter et ca va revenir !!!

    Sinon la photo de dos avec le coucher de soleil m’accompagne tous les jours en fond d’écran sur mon ordi.

    Et comme à chaque fois lorsque l’on finit de vous lire … Vivement la prochaine mise à jour.

    Répondre
  10. laine

    coucou normand, vos photos sont géniales surtout celles ou tt le monde sautent sur fond de ciel bleu. Nous on a oublie comment c’est un ciel bleu alors on se mets les photos en boucle, ca fait du bien! J espere qu il avait prevu d’autres tongs parce que si il croit qu on va se cotiser pour noel pour lui en envoyer une paire, il peut tjrs courir! il avait qu’a laisser sa place si il etait pas equipe !!!!!! biz a vous 5!

    Répondre
  11. jules

    vrai bande d’aventurier les meriget. les photos sont merveilleuses.vous nous manquer beaucoup.gros bisous à tous …surtout à Lola et Robin et envoyer nous vite d’autres photos.

    Répondre
  12. COMBE Maurice

    Merci de continuer a nous faire vivre ce fabuleux voyage.
    Merci pour ces merveilleux récits ainsi que ces magnifiques photos.
    Bonne route.

    Répondre
  13. les rivoires

    Une grosse bise des rivoire,vos photos sont toujours magnifiques et vos sourires font plaisir à voir.
    Bonne route,et à bientôt.Ing

    Répondre
  14. Marie-Pierre

    Les photos sont toujours aussi belles, et pleines de créativité! Un régal de lire ces lignes…..Bonne continuation!
    Marie-Pierre

    Répondre
  15. Jack sparrow family

    Je vois que c’est toujours l’éclate…en famille. Profitez bien et régalez nous encore de vos magnifiques photos et riches commentaires.
    @+ sur les ondes.

    Répondre
  16. Marjorie et Arnaud Blanchard

    Encore de magnifiques paysages et photos…
    Et surtout la présence du fréro qui a dû vous donner du baume au coeur…
    Continuez comme ça et de grosses bises à vous.
    A+ pour de nouvelles aventures!!!

    Répondre
  17. convertini daniel

    Salut les mériguet brothers
    juste une petite remarque pour Franck,continue les abdos car il semblerai qu’olivier saute toujours plus haut que toi…Il te reste plus qu’à te venger sur la ligne à 3 points!!!
    Et dire qu’aujourd’hui chez nous ,on se les pelle!!!

    Répondre
  18. Seb & Coco

    Salut les aventuriers,
    Un petit coucou d’Albi ou il fait 0°C. Les photos et commentaires sont toujours excellents, c’est génial.
    Nous préparons le réveilon avec Guilhem, Fred & Oliv.
    Nous vous souhaitons de bonnes fêtes et à bientôt.
    Bisous, SEB & COCO

    Répondre
  19. Colette Pujol

    bonjour toute la famille !!
    chaque fois que je vois ces reportages ,j’ai envie de vous
    suivre !!!!!!!!!
    je constate votre belle forme à tous .
    Comment allez -vous faire quand il faudra rentrer dans une
    maison ET Y RESTER ???
    Grosses,grosses bises à tous . Colette

    Répondre
  20. coline

    Coucou lola j’ai bien reçu ta carte du costa rica elle est tres jolie .Al’ecole j’ai fais un exposé sur ton voyage .Je suis en vacances de noel.qu’esque tu vas avoir pour noel?moi j’ai commande une wii et une poussette.Toute ma famille va bien.Ici il fait très froid.Je vous souhaite un joyeux noel et une bonne année 2010 de la part de toute la famille.Coline gros bisous

    Répondre
  21. dumontet

    un petit message de soutien à toute la famille Mériguet!je n ai pas pu résister en voyant les photos du Costa Rica ou ns avions rejoint notre « tourdumondiste « (et oui ça se dit…!)préféré .Ns avons séjourné à Moctezuma à l hotel ‘luz de mono’niché ds un écrin de verdure avec comme voisins les impressionant singes hurleurs!la plage et ses rouleaux et sa belle école(clin d oeil à Robin et Lola…)avec tous ces enfants nous laissent de supers souvenirs!merci de ns faire partager par vos excellents commentaires(bravo Stéphanie!)et vos magnifiques photos(bravo Olivier!)votre voyage.PURA VIDA!bises à vous Evelyne

    Répondre

Répondre à Marie-Pierre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *